28/05/2010

Challandes, la bonne carte de Sion

Christian Constantin n'a pas traîné. Une semaine après le départ de son entraîneur Didier Tholot, le grand manitou du FC Sion a trouvé un nouvel homme fort pour ses joueurs: Bernard Challandes. A 58 ans, celui-ci devient le 29e entraîneur de l'ère Constantin. Pour une année minimum.

Homme pointu, passionné sympathique et fin connaisseur du football, le Neuchâtelois sort de trois saisons au FC Zurich, marquées par un titre national et une participation à la Ligue des champions. Viré sans ménagement en avril dernier, il se relance donc en Valais, terrain propice à ce qu'il exprime au mieux ses qualités de technicien. A nos yeux, et si Constantin évite de faire du Constantin, le choix de Challandes est excellent pour le meilleur club romand. "Sion est un bon cheval, même si je peux me faire éjecter au premier obstacle", confie ce matin l'intéressé dans les colonnes du Matin.

Lucide, l'ancien entraîneur de Servette et des M21 ans helvétiques sait qu'il n'aura pas six mois devant lui pour construire une équipe capable d'aller chercher une place européenne. L'été sera chaud à Tourbillon, car l'effectif actuel est trop faible pour titiller les puissances alémaniques (Bâle, GC, Lucerne, YB). Avec sa science des hommes et des affaires du ballon rond, Challandes peut séduire quelques pointures de notre football. On s'attend à des bonnes surprises pour un FC Sion qui mérite de retrouver sa gloire d'antan.

Commentaires

Je n’aime pas Constantin pour son accent d’outre tombe et sa tête de bouledogue.
Tous les Valaisans savent que l’octodurien est le plus grand égoïste que le Valais ait connu depuis Mathieu Schiner.
Quant à retrouver la gloire d’antan ce n’est pas demain l’aube, il ne faut pas rêver. Dans le passé l’équipe était constituée de valaisans du haut et du bas et de mercenaires venus de nulle part et dont la seule ambition est de s’en mettre plein les poches sans contrepartie.

Écrit par : Hypolithe | 31/05/2010

Les commentaires sont fermés.