31/05/2010

La Nati a rendez-vous

L'heure, c'est l'heure. Après l'heure, c'est plus l'heure. Le refrain est connu et le réveil a sonné pour l'équipe de Suisse de football. Dès demain soir à 20 h 15, elle sera complètement plongée en mode "Mondial 2010". En tout cas, elle DEVRA l'être. Après une grosse semaine de préparation sur les hauteurs de Crans-Montana et après avoir joué avec l'altitude, la troupe d'Ottmar Hitzfeld s'attaque à son premier match de préparation. Son adversaire, le Costa Rica, rappelle un peu le Honduras, troisième (et dernier?) pays que la "Nati" affrontera en Afrique du Sud.

Le faux pas est déjà interdit. Les matches de préparation ne peuvent plus être pris à la légère lorsqu'on s'apprête à disputer un tel événement. "Même s'il ne s'agit que d'un match amical, l'exigence du résultat sera bien présente, a souligné ce matin le capitaine Alexander Frei. Je veux que, le 16 juin, mes coéquipiers soient convaincus au coup d'envoi contre l'Espagne d'avoir tout entrepris pour mener une préparation réussie."

Face aux "Ticos", le sélectionneur alignera son équipe-type (Benaglio - Lichtsteiner, Senderos, Grichting, Ziegler - Behrami, Inler, Huggel, Barnetta - Frei, Nkufo). Celle qui, sauf catastrophe, devrait être appelée à batailler dans dix-sept jours avec les champions d'Europe. Les automatismes doivent continuer à se régler. Devant les yeux du public valaisan, la Suisse se doit de sortir le grand jeu, d'épater la galerie. Restés sur leur faim avec les deux dernières sorties de Barnetta et compagnie (défaites contre la Norvège et l'Uruguay), les spectateurs veulent maintenant des buts, du show et une victoire. Bref, une performance à même de gonfler le capital-confiance.

Avant d'affronter l'Italie samedi à Genève, puis les trois hispanophones (Espagne le 16, Chili le 21 et Honduras le 25), l'heure est venue de jouer au foot. Enfin!

Les commentaires sont fermés.