07/09/2010

Une dernière danse pour la France?

061718_XFM109_36f91f10.jpg

"Je veux juste une dernière danse. Avant l'ombre et l'indifférence..."

Les paroles de la chanson reviennent forcément en tête à quelques heures du match Bosnie-France, déjà décisif pour les "Bleus" dans la course à l'Euro 2012. Après leur défaite inattendue de vendredi soir contre la Biélorussie, les hommes de Laurent Blanc n'ont pas le choix; ils doivent, au moins, ramener un point de leur déplacement à Sarajevo. Et même, cette unité pourrait ne pas s'avérer suffisante au décompte final.

Et pourtant, lorsqu'on consulte l'effectif composant la sélection française, on ne comprend pas comment et pourquoi elle n'arrive pas à redécoller. Le seul constat que l'on peut tirer est que les stigmates de Knysna étaient bien plus profondes que ne voulaient le croire les pontes de la Fédération. La reconstruction entamée par le nouveau sélectionneur ne prendra pas deux semaines, mais bien plusieurs mois. "Et il est même possible que l'on n'y arrive jamais", soufflait Laurent Blanc dans L'Equipe de dimanche dernier. Devenu pessimiste, l'ancien mentor des Girondins de Bordeaux mesure enfin le chemin à parcourir pour redonner du lustre au maillot bleu.

Ce soir, la Bosnie attend de pied ferme un pays qu'elle connaît très bien. De par son sélectionneur, Safet Susic, et deux de ses joueurs, le Lyonnais Pjanic et le Montpelliérain Spahic. En quelques années, les Bosniaques ont pris une nouvelle dimension. D'un rien - défaite en barrages contre le Portugal -, ils ont manqué le Mondial 2010. "Le foot, chez nous, monte petit à petit, analyse Mecha Bazdarevic, l'ancien entraîneur de Grenoble et ex-joueur d'Etoile-Carouge, sur le site de So Foot. Mais, par rapport à la Croatie ou à la Serbie il nous manque du poids. Eux ont l'avantage d'avoir déjà pris part à une grande compétition. Nous pas."

Avec dans ses rangs deux buteurs d'exception - Dzeko et Ibisevic -, la Bosnie s'est jurée d'offrir une dernière danse à l'équipe de France. "Le problème, avec notre pays, c'est la profondeur de banc, souligne encore Bazdarevic. Sur un match ou deux, les gars sont capables de battre n'importe qui. Après, je ne sais pas..." Mais ça tombe bien; ce soir, la rencontre ne dure que nonante minutes...

Les commentaires sont fermés.