07/02/2011

L'heure de Riesch?

071155_GAR108 SKWM_21caadb7.jpg

 

Elle promène sa grande silhouette sur les courses de Coupe du monde mue par une confiance inébranlable. En tête du classement général et rivale favorite de Lindsey Vonn, Maria Riesch skie sur une autre planète. Avec aplomb et finesse. Héroïne des Jeux de Vancouver l’an dernier, l’Allemande se frotte durant les deux semaines qui viennent au plus grand défi de sa carrière: les Mondiaux, dans son jardin de Garmisch-Partenkirchen.

Sur la neige de son enfance, la Bavaroise se sait attendue. Par la presse, par ses fans, mais aussi par elle-même. N’a-t-elle pas clairement fait de ce rendez-vous sa priorité en début d’exercice?

La blonde, qui a redonné le goût du ski à ses compatriotes après les années de vaches maigres ayant suivi les retraites de Martina Ertl, Hilde Gerg et Katja Seizinger, est devenue une icône. A tel point que la ville de Munich, candidate pour les JO 2018, en a fait son ambassadrice. Sur les pistes comme en dehors, Riesch est un gage de réussite. Même sous la pression?

C’est là la véritable question de la quinzaine «mondiale», tant la double championne olympique (supercombiné et slalom) ne s’est jamais retrouvée dans une telle position. A Vancouver, reléguée dans l’ombre alors que les flashes crépitaient sur Lindsey Vonn, elle avait su tirer son épingle du jeu. Douze mois plus tard, les rôles se sont inversés.

Finies les critiques la disant incapable de gérer son mental. Finies les longues et sombres périodes de blessure. La Maria de Garmisch a aujourd’hui sur les épaules les attentes et la pression d’une favorite. Il reste à savoir si elles sont assez larges…

Les commentaires sont fermés.