09/02/2011

Ski suisse: et s'il y avait un zéro pointé?

Il est bien sûr trop tôt pour tirer un bilan, mais les Mondiaux de ski alpin ont mal débuté pour le ski suisse. En position de favoris pour les deux super-g, les Helvètes n'ont décroché aucune breloque. Evidemment, on savait que les six médailles réclamées par Swiss-Ski au début de la semaine ne seraient pas au rendez-vous de Garmisch-Partenkirchen, mais on est aujourd'hui en droit de se demander si le funeste souvenir de Bormio 2005 - aucun métal - n'est pas en position de se reproduire.


Oh, il est clair que, avec les deux descentes, les deux supercombinés et le géant masculin encore au programme, les chances suisses existent. Mais, quand on est en retrait au début d'un tel événement, la pression ne cesse d'augmenter. Les épaules de nos représentants sont-elles assez solides pour faire fi du doute s'insinuant dans la maison suisse?


A voir. En même temps, les Helvètes jonglent aussi avec la poisse. Les centièmes ne parlent pas en leur faveur. C'est ainsi que Lara Gut a échoué qu'au pied du podium du super-g féminin. Pareil pour Didier Cuche, dont le haut de parcours trop lent sur le super-g masculin, lui a coûté une médaille. Est-ce parce qu'il est sponsorisé par Ovomaltine que le Neuchâtelois se retrouve chocolat?


Quatrième ce matin, le mythique «Kuke» aura l'occasion de se reprendre samedi matin en descente.  C'est ce que souhaite l'ensemble des fans helvétiques, qui ne se remettraient pas d'un «fanny» aux accents bavarois. La Fédération a-t-elle seulement songé un seul instant à repartir de «GaPa» les poches vides? Une telle issue aurait certainement de lourdes conséquences.

Les commentaires sont fermés.