21/03/2011

Neuchâtel... Xanax?

061735_NEU108 FUSS_af48a805.jpg

De toute son histoire, Neuchâtel Xamax n’a sans doute jamais aussi bien porté les couleurs qui ont fait sa renommée. Aujourd’hui plus que jamais, le deuxième le club romand navigue entre le rouge de la zone dans laquelle il se trouve et le noir qui entoure son avenir.

Sportivement, le groupe déraille, comme en témoigne sa place d’avant-dernier en Super League. En une année, trois entraîneurs – Schürmann, Aeby et Ollé-Nicolle - se sont succédé sur le banc, sans que les résultats ne s’améliorent. Pis, ils sont même plus inquiétants qu’en mars 2010. Le redressement d’octobre dernier n’était en réalité que de la poudre aux yeux.

Quant au recrutement de ces derniers mois, qui promettait monts et merveilles si l’on en croyait alors le président Silvio Bernasconi, est un échec. Force est de reconnaître que Gelabert ou Paito sont loin, très loin, du niveau de leurs passages respectifs à Bâle ou à Sion. Quant à Almerares, il a été incapable de faire le saut de qualité entre Saint-Jacques et la Maladière.

Tiens, l’endroit aussi porte bien son nom! Les petites affaires extrasportives y sont légion. Le grand manitou a récemment renouvelé ses vœux de quitter le club. Hier, il s’est même séparé de son directeur administratif, Philippe Salvi, pourtant Xamaxien depuis 1983! Ah, les années Facchinetti appartiennent définitivement au passé. Un passé glorieux, pendant lequel Neuchâtel faisait rêver.

Aujourd’hui, même une bonne dose de Xanax ne lui assurerait pas de retrouver la lumière. Il y a le feu à «Neuch»!

11:23 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.