02/09/2011

Le "hic" de Djokovic

La révélation par le Wall Street Journal, relayée aujourd'hui dans les colonnes du Matin, du fait que Novak Djokovic doive une partie de ses performances à l'utilisation d'un caisson hyperbare peut choquer les novices. Oui, cela peut s'assimiler à du dopage. Mais d'aucuns, à tort ou à raison, viendront affirmer que, pour bien jouer au tennis, il faut d'abord disposer d'une technique au-dessus de la moyenne. Comme en football, évidemment. On ne peut dire le contraire, mais tout de même: sur un nuage depuis neuf mois, le Serbe a franchi la limite, les limites.

Il a beau relativiser les effets de son fameux caisson, cette affaire met quelques teintes grisâtres à ses dernières performances. Oui, «Djoko» est solide comme tout sur un court grâce à un bras phénoménal. Mais aurait-il pu battre autant de records et aligner une telle série sans l'appui d'une «machine» susceptible de donner un sacré coup de boost à toutes les performances? On peut aujourd'hui légitimement en douter. La nuit dernière, Berlocq a été mangé en deux coups de cuillère à pot. Cette défaite n'est due, effectivement, qu'au talent de son adversaire. Mais c'est ensuite, à partir des huitièmes de finale sans doute, que Djokovic - qui pourra alors s'appuyer sur la «caisse» hyperbare de son ami et logeur Gordon Uehlin - devrait faire la différence physiquement.

Le monde du tennis, jamais aussi fort que pour cacher les «petites affaires» ne s'offusque pas des révélations touchant son numéro 1 mondial. Et dire que, pour autant, Lance Armstrong avait reçu une flopée de critiques voici dix ans...

 

Commentaires

Bonjour,

Je suis d'accord avec vous, mais comme cette machine existe déjà depuis quelques années, et qu'elle n'a pas été interdite par les gouvernements, malgré qu'elle ait déjà été regardée, je ne crois pas qu'il faille en faire tout un plat. Alors, voici pourquoi nous ne nous offusquons pas de cela contrairement à Lance Armstrong. Lui, avait été contrôlé au dopage. La machine n'est pas considérée comme du dopage actuellement, le jour ou elle le deviendra, si Djokovic est au courant et continue de l'utiliser quand même, là ce sera du dopage.

Merci .

Écrit par : Karine | 02/09/2011

Cette machine pose problème car elle se présente, dans son fonctionnement et dans ses effets, comme une forme déguisée de l'EPO, considéré par l'AMA comme du dopage.

Rappelons que cette machine permet à un athlète d'être à tous moments dans une situation à haute altitude où le corps augmente le nombre de globules rouges et où le sang circule mieux. La machine permet donc au sang de se ré-oxygéner. Or quel est le principe de l'EPO ? Prélever son sang, le ré-oxygéner via une machine et se le ré-injecter dans l'organisme. La finalité d'un sang ré-oxygéner et de faciliter la récupération.

Il n'y a donc, sur le fond, aucune différence entre l'utilisation de la machine CVAC et l'EPO. Tout système artificiel, médicamenteux ou technologique, permettant une meilleure récupération est et doit être banni par l'AMA et les fédérations sportives. L'AMA a d'ailleurs souligné le manque d'éthique sportive quant à l'usage de cette machine sans pour autant l'interdire. Cela pourrait cependant venir plus tôt que prévu...

Écrit par : Tennisworldtour | 10/09/2011

Tout à fait d'accord avec Tennisworldtour

Écrit par : marie | 14/09/2011

Les commentaires sont fermés.