19/09/2011

Tête coupée à Hambourg

271614_ODD027_27468781.jpg

Ce n'est peut-être pas la nouvelle du jour, encore moins celle du siècle, mais le SV Hambourg vient d'actionner le couperet sur la tête de son entraîneur Michael Oenning. Après six mois seulement d'une aventure aux commandes du club hanséatique, le technicien allemand, qui avait succédé à Armin Veh, a été prié de quitter le banc. Il valse en raison des résultats calamiteux de son équipe, battue cinq fois cette saison et qui ne compte qu'un point.

Et alors? Eh bien, ce qui dérange, dans toute cette histoire, c'est que le quadragénaire soit le seul à subir les effets d'un démarrage raté. Faut-il en effet rappeler que le recrutement des Hambourgeois a été conduit par le seul et unique Frank Arnesen? Pour mémoire, l'ancien footballeur danois (ex-Ajax, ex-Valence, ex-PSV) a obtenu les pleins pouvoirs du club en février dernier. Après avoir notamment découvert Ronaldo quand il dirigeait le recrutement du PSV Eindhoven, puis connu des démêlés avec Jacques Santini à Tottenham, Arnesen s'était encore fait un nom à Chelsea. Hambourg a flashé sur lui.

A tort, vraisemblablement, car ses manœuvres estivales s'avèrent littéralement catastrophiques. Alors qu'il n'avait pas été en mesure de mettre en valeur les jeunes chez les «Blues», le Danois n'a rien trouvé de mieux que d'enrôler plusieurs joueurs du club anglais qui n'étaient jamais alignés. C'est ainsi que le HSV se voit plombé par des éléments qui n'ont simplement pas le niveau.

Michael Mancienne, que l'on avait vu errer comme un rat mort dans l'entrejeu de l'Angleterre M21 durant le dernier Euro, fait partie de cette liste de joueurs traînant la patte. Et encore; il n'est pas le plus mauvais. Mais Arnesen s'est entêté en allant en chercher d'autres. Jeffrey Bruma, Slobodan Rajkovic, Jacopo Sala et encore Gökhan Töre, tous passés par Stamford Bridge, se ridiculisent chaque week-end à l'Imtech Arena. Demain matin, eux seront encore sous contrat. Oenning plus.

Au-delà de ce changement d'entraîneur, c'est l'avenir immédiat des Hambourgeois qui suscite les interrogations les plus diverses. La seule solution pour qu'ils s'en sortent serait qu'Augsburg, Freiburg ou Kaiserslautern finissent par être encore plus mauvais...

Les commentaires sont fermés.