12/10/2011

Nati: la fin de 4 années pourries?

112143_freshfocus_8d9b0b2d.jpg

Voilà plus d'une année, déjà, que je milite sur ce blog et ailleurs pour l'intégration de Ricardo Rodriguez en équipe de Suisse. C'est chose faite et bien faite. Si le latéral zurichois n'avait pas été gâté par le sort en entrant en jeu dans un non-match vendredi dernier au Pays de Galles, il a en revanche fait étalage de toute sa classe hier soir à Bâle. Il incarne parfaitement l'avenir de cette sélection sur le flanc gauche. D'autres solutions (Berardi, Koch...) existent aussi, mais le champion du monde M17 a un talent fou et un immense potentiel qui ne devraient pas tarder à faire oublier les absences de Reto Ziegler.

Ouf, il y aura donc eu une bonne nouvelle dans cette semaine européenne gâchée par la Nati. Car n'en déplaise aux plus grands fans, le succès de hier soir est demeuré inutile. Il s'est construit en deuxième mi-temps contre un Monténégro qui a refusé le jeu. Faut-il rappeler que, en face des Helvètes, se trouvait une équipe «B»? Alors, tempérons ce retour d'enthousiasme. Si une victoire est toujours bonne à prendre, tant sur le plan de l'indice Uefa que sur le plan psychologique, force est malheureusement de rappeler que les internationaux d'Ottmar Hitzfeld passeront l'été aux Seychelles plutôt qu'en Pologne. Dommage, sur ce coup-là...

Hitzfeld, d'ailleurs, parlons-en. A quelques minutes du coup d'envoi de ce duel «pour beurre» face aux Monténégrins, Peter Gilliéron, le président de l'ASF, a confirmé l'Allemand dans ses fonctions. Le tout en murmurant que «c'est un très grand entraîneur». Alors, si tel est vraiment le cas, la Suisse - si talentueuse sur le papier - doit se qualifier sans problème pour la Coupe du monde brésilienne de 2014. Il n'y a qu'en la propulsant sur les plages de Cobacabana que l'ancien mentor du Bayern Munich redonnera un peu de lustre à son ciré délavé. Sur le plan suisse, de toute manière, la trace laissée par «OH» ne restera pas éternellement dans les mémoires.

Désireux que nous sommes de voir l'avenir du football suisse avec optimisme, nous lorgnons déjà avec appétit le match amical de mi-novembre contre les Pays-Bas. A Amsterdam, face aux magnifiques Robben, Sneijder et autre van der Vaart, les «petits Suisses» auront un fabuleux test à passer. En 2007, à Genève, ils avaient réussi à presser les «Oranje». On se souvient d'ailleurs de ce match comme de la dernière grande performance livrée par «nos» internationaux.

Ainsi, retrouver les Bataves est peut-être une bonne manière de boucler la boucle de quatre années pourries...

Les commentaires sont fermés.