29/01/2012

Djokovic: la cinglante réponse

djoko.jpg

 

 C'est le genre de moments que l'histoire du tennis n'est certainement pas prête d'oublier. D'année en année, l'Open d'Australie habitue les amoureux de la petite balle jaune à leur fournir des «monuments». Ces derniers temps, on avait notamment eu droit à un épique Federer-Safin en 2005, à un fabuleux Tsonga-Nadal en 2008 ou encore à un terrible Nadal-Verdasco en 2009. Et voilà que Melbourne a «lâché» quatre matches fabuleux en ce début de saison: Nadal-Berdych en quarts de finale, puis les deux demi-finales opposant Djokovic à Murray et Nadal à Federer et, enfin, une finale messieurs complètement folle entre le Serbe et l'Espagnol ont animé une quinzaine géniale.

Mais, comme souvent depuis désormais treize mois, c'est toujours «Nole» qui empoche la mise au décompte final. En Australie, le numéro 1 mondial a réussi à conserver son trophée et à consolider son trône. En livrant des batailles homériques et en faisant valoir son intelligence tactique. Sans quoi il n'aurait certainement pas obligé Nadal à courir lors d'un irrespirable cinquième set final. Sacré pour la troisième fois sur la Rod-Laver Arena, Djokovic se rapproche du «Petit Chelem». Une victoire à Roland-Garros dans quatre mois et le tour sera joué.

L'exploit mériterait d'être salué, mais les attitudes du Serbe continuent de déranger. Simulateur-né, il a usé et abusé de tactiques fatigantes pour déstabiliser Ferrer en quarts de finale, puis Murray au tour suivant. Faisant mine de souffrir de crampes, de soucis respiratoires ou d'une cuisse, il a joué au bluff. Ce que d'aucuns lui avaient reproché par le passé, Andy Roddick en tête.

Même s'il est un (grand) champion, Novak Djokovic n'a pas la classe d'un Roger Federer. Qu'on se le dise! Il n'en demeure pas moins qu'il est le maître de la planète tennis. Après les règnes du Suisse et de Rafael Nadal, le sien semble décidément bien parti pour durer. Car rien n'indique qu'il soit sur une pente descendante, bien au contraire.

Ses rivaux avaient en effet impatiemment attendu cet Open d'Australie pour guetter les premières failles de sa chute. Mais sa réponse a été cinglante, son jeu étant parfaitement en place pour conserver le matricule numéro 1 tout au long de l'année. A aucun moment, «Nole» n'a semblé être prenable. Sa sérénité alors même que l'Ibère avait fait le break dans la dernière manche de la finale - quelle erreur à 30-15 sur son service! - lui a permis de rester dans le coup. Puis d'enfoncer définitivement le clou sur celui dont il est l'incontestable bête noire.

 

Commentaires

ha, ha, ha, ha si seulement Federer pourrait être le numéro 1 mondial pendant 20 ans. Mais il faut dire aussi bravo Nole pour une fois

Écrit par : Tamara | 29/01/2012

c'est bête - mais on n'y croit pas
et le seul truc singlant, c'est le dopage du gagnant

et vous, journaliste reportant, n'y échapperez pas: c'est quoi ce bazar hilarant dans les résultats de sportifs que vous suivez?!!!!

Écrit par : CHitude | 29/01/2012

Federer est décidément trop gentil... Quand on voit Djo et Nad, on rêve d'un Rodgeur tueur. Mais non, autant je l'apprécie, autant je le trouve un peu trop angélique. Enfin, cela doit plaire à ses sponsors.

Écrit par : hommelibre | 29/01/2012

restera la cool attitude de Federer
et sinon pour les afficionados comme pour d'autres passionnés,

que les analyses faites par ces BIGS payés pour ce faire,
que ces HP & autres responsables avec leurs analyses spectrogr & .. affichent leurs résultats!


Federer est un sportif du plus haut niveau
qui fait honneur à son pays

Écrit par : CHitude | 29/01/2012

Federer a été trop incroyable à l'époque. Peut être il a été dopé? On n'est pas sûr. Pensez vous que c'était possible de faire tous ses succès parce que il est Suisse?

Écrit par : Tamara | 29/01/2012

Il a bien joué contre Nadal. Mais Nad rattrape des coups incroyables.

Écrit par : hommelibre | 29/01/2012

Federer dominant pendant 3 saisons la planète tennis et il le doit à son talent doublé d'une condition physique irréprochable.

Nadal dominant Federer pendant 3 saisons et il est survitaminé.

Nole dominant le tennis actuel et il est surchargé et en plus, y triche...

Logique.

Et avant de parler de simulations et autres... Passez 2h30, 3h, 4 voir 5h et plus sur un court et on en reparlera des "petits bobos" tant décriés.

Pathétique...

Écrit par : Ivan | 30/01/2012

"Même s'il est un (grand) champion, Novak Djokovic n'a pas la classe d'un Roger Federer. Qu'on se le dise! (???!!!)

C'est quoi pour vous, Monsieur, la classe?? De quoi parlez vous? Qui êtez vous? Vous le savez ??!!

Écrit par : Vlady | 30/01/2012

Vlady a certainement découvert le sport hier matin...

Écrit par : Pouet | 30/01/2012

Personne ne remet en question les qualités de défenseur, relanceur, contreur de Djokovic, mais ce qui devient de plus en plus flagrant c'est son apparente impossibilité à se fatiguer. On en a vu des bourins à 3 poumons qui renvoyaient tout, écoeuraient les attaquants et gagnaient au final (Muster, Agassi, Nadal, Chang), mais pas à ce point. 11h d'échanges de fonds de cours d'une intensité incroyable en 3 l'espace de 2 jours, et même pas mal à la fin, il transpire à peine? Est-ce son oeuf hyperbare qui le rend increvable comme ça ou y a t'il autre chose de plus (à part le régime sans gluten....) ?

J'ai de plus en plus de doutes à son sujet, et j'espère qu'un des trois derrière lui ou Del Potro vont se rebeller un peu plus que ce qu'ils font depuis l'année dernière

Écrit par : Georges Abitbol | 30/01/2012

@ l'auteur, le petit chelem équivaut à gagner 3 des 4 grands-chelems sur une saison, et non les 4 échelonnés sur 2 saisons comme vous le sous-entendez. Donc Novak a déjà réalisé le petit chelem, en 2011.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Petit_Chelem_de_tennis

Écrit par : laurent | 31/01/2012

Ce mec est vraiment infatigable et surentraîner, rien avoir avec le gluten, j'espère encore qu'il sera toujours gagnant au prochain match.

Écrit par : faire part | 08/02/2012

Les commentaires sont fermés.