02/05/2012

Tous fans de l'Angleterre?

 

011753_FMA0031_3a9a8d65.jpg

Il a, dans la mémoire collective, laissé une trace qu'aucun autre sélectionneur de l'équipe de Suisse n'aura laissée. Pas même les très sérieux Karl Rappan ou Köbi Kuhn. Roy Hodgson restera à jamais comme l'homme de la reconstruction, comme celui qui a permis au football suisse de sortir du néant pour apercevoir à nouveau la lumière. C'était au début des années 1990.

Près de vingt ans après avoir redonné du lustre à la «Nati», l'Anglais vient de recevoir l'honneur suprême, la Football Association lui donnant les rênes de la «Three Lions». A la tête de «sa» sélection nationale, Le Roy va pouvoir s'atteler à laisser une autre trace. Histoire de faire taire les mauvaises langues qui prétendent qu'il n'est qu'un entraîneur de seconde zone.

Il est vrai que, il y a encore trois ans, personne n'aurait osé imaginer que l'intéressé puisse un jour s'asseoir sur le trône. Mais Capello a démissionné, Redknapp n'était pas chaud et force est de reconnaître que les techniciens anglais crédibles se font rares. Pour rappel, Manchester City et Chelsea sont conduits par des entraîneurs italiens, Manchester United par un manager écossais et Arsenal par le Français Arsène Wenger...

Les polémiques, de toute manière, n'ont plus lieu d'être. L'ancien magicien de l'équipe de Suisse dispose dès aujourd'hui d'un contrat de quatre ans pour faire revenir la «Three Lions» sur le devant de la scène. Le gros de son travail commence tout de suite, puisqu'il a devant lui à peine un mois pour préparer l'Euro. Où il emmènera Wayne Rooney malgré sa suspension de deux matches.

Jouant sur les mots et l'accent du sélectionneur, le Sun a demandé ce matin à ce dernier «Bwing on the Euwos!» (Bring on the Euros). La mission d'aller chercher le titre européen, que les Anglais n'ont jamais obtenu, sera compliquée, mais pas impossible. Dans le groupe D, Frank Lampard et Cie devraient pouvoir passer l'épaule face à la France, la Suède et l'Ukraine.

Reste à savoir dans quel état sera le groupe constitué par «Le Woy» (Le Roy), sachant que Gerrard traîne la patte, que Lampard aura eu une longue saison et que plusieurs armes offensives sont en délicatesse avec leur physique.

Néanmoins, une chose est sûre: depuis hier et l'officialisation de l'arrivée de Hodgson au poste de sélectionneur, l'Angleterre s'est trouvée de nouveaux supporters en la personne des presque 8 millions de Suisses qui, jamais, n'oublieront le boss. Ottmar Hitzfeld rêverait d'en dire autant...

Les commentaires sont fermés.