28/05/2012

Scandale à l'italienne: ça ne vous rappelle rien?

 

criscito.jpg

 

 

Le foot italien se retrouve à nouveau les deux pieds dans la panade. Ce lundi matin, ce ne sont pas moins de 19 personnes qui ont été arrêtées par le parquet de Crémone dans le cadre de cette nouvelle affaire - une de plus - des matches truqués du Calcio.

Si, à l'échelle internationale, les premiers balbutiements de l'enquête n'avaient pas encore fait couler trop d'encre à fin 2011, tout pourrait avoir changé aux premières lueurs du jour. Deux acteurs majeurs du ballon rond transalpin figurent en effet au nombre des principaux accusés. Le latéral international Domenico Criscito a été interrogé directement au camp de base de la Squadra azzurra. Avant d'être exclu sans ménagement de la liste des sélectionnés pour l'Euro 2012 par Cesare Prandelli, lequel est donc fidèle à la ligne de conduite qu'il s'était imposée dès sa prise de fonction.

Mais, peut-être pire encore, les enquêteurs ont perquisitionné, ce matin, le domicile d'Antonio Conte, l'entraîneur de la Juventus. Tout récent champion d'Italie, l'homme aux implants capillaires paie son passage flou sur le banc de Sienne la saison dernière. De lourds soupçons d'arrangement pèsent en effet sur plusieurs rencontres disputées par les Toscans lors de l'exercice 2010/2011.

Gangréné quasiment jusqu'à la moelle, le football italien pourrait pourtant être le grand gagnant de ce déballage. Le contexte actuel ne vous rappelle-t-il donc rien? Allons donc, faites un petit effort...

Il y a six ans, en pleine préparation de la Coupe du monde, la Squadra se voit affectée et infectée par le fameux "Calciopoli", cette affaire qui révéla au grand jour les manipulations des dirigeants de la Juventus (Luciano Moggi) en tête sur les résultats du Calcio. Accusés de tous les maux, les internationaux avaient toutefois fini par faire l'union sacrée autour du sélectionneur Lippi. Résultat: transcendée, l'Italie alla s'asseoir sur le toit du monde, d'une manière tout sauf imméritée (rappelez-vous de la fabuleuse demi-finale contre l'Allemagne) quatre semaines plus tard.

Aujourd'hui, tout porte donc à croire que miser une pièce sur la Squadra championne d'Europe dans un bon mois n'est pas une idiotie. Pirlo et Cie se montrent en effet rarement aussi forts que face aux vents contraires. Comme si l'Italie n'était rien sans les fameuses affaires...

 

Les commentaires sont fermés.