08/07/2012

Roger Federer: (dix-) sept extra?

FEDERER.jpg

 

 

8 juillet 2012, 15 heures. A cet instant précis pourraient résonner les premières notes de la nouvelle partition du génie. Roger Federer, magicien de légende, plus grand joueur de tennis de tous les temps, est à quelques minutes de quelque chose d'énorme, de monstrueux. L'histoire l'attend, comme elle l'avait déjà fait voici trois ans sur ce même gazon de Wimbledon. A l'époque, le Bâlois avait dû garder ses nerfs pour aller chercher le succès au terme d'un match épique contre Andy Roddick.

La finale qui l'attend tout à l'heure, face à un autre Andy (Murray), s'annonce tout autant ardue, tout autant difficile à maîtriser. Car l'Ecossais peut aussi entrer dans la légende, près de 80 ans après son illustre prédécesseur Fred Perry.

Au sujet de «RF», les théories se bousculent. Après sa démonstration (appelons un chat un chat) contre Novak Djokovic en demi-finales, tout le monde s'attend en effet à ce qu'il dépose la cerise sur son gâteau personnel. A ce qu'il fasse cavalier seul vers le 17e titre du Grand Chelem de sa carrière, le 7e à Wimbledon. Or, ce n'est pas qu'une simple montagne qui se présente à lui cet après-midi, mais un Everest, avec toute la pression relative à un tel événement.

Certes, on pourra toujours dire que l'ancien (et futur?) numéro 1 mondial en a vu d'autres, mais tout de même: jamais ô grand jamais il n'a été aussi près de gonfler encore son record, puis de dépasser pour de bon Pete Sampras au nombre de semaines passées au sommet du tennis mondial. Une victoire, une «simple victoire» tout à l'heure sur le joyau de la couronne, le propulserait en haut de l'ATP demain matin. Une place où il semble acquis qu'il restera au minimum deux semaines. Suffisant pour reléguer à jamais l'Américain dans les bibliothèques.

A Federer, maintenant, de tout mettre en œuvre pour que la presse helvétique puisse titrer, demain matin, «Roger: (dix-)sept extra»!

 

11:09 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.