30/08/2012

Le trou de Bâle

300113_XMR121_6237cdc3.jpg

Il ne faut pas brûler ce que l’on a adoré, voire adulé voici moins de six mois. Mais tout de même, l’échec du FC Bâle dans la course à la phase de poules de la Ligue des champions est une sacrée claque pour le football suisse. Il est synonyme d’énorme déception pour un pays qui s’était presque habitué aux belles soirées européennes des mardis et/ou mercredis soirs et pensait légitimement, au vu de l’adversaire roumain du FCB, les revivre cet automne.

Il n’en sera rien, l’Europa League n’étant qu’un maigre lot de consolation, qu’une sous-compétition. A dire vrai, ces champions de Suisse-là ne méritaient pas de passer l’écueil des play-off. On ne dira pas que leur équipe ne valait pas un Cluj, mais elle n’avait en tout cas rien à avoir avec le collectif euphorique et bien huilé de la saison dernière. En ce mois d’août (doute?), les rouages sont bloqués et la mécanique péclote. Dans cette double confrontation face aux joueurs de Translyvanie, tout est allé de travers pour les Rhénans à partir de la 60e minute du match aller.

Leur défense a pris l’eau de toutes parts. Les contre-attaques meurtrières des Roumains ont révélé au grand jour les immenses défauts du latéral Park, les erreurs de placement du demi David Degen et les approximations du défenseur central Sauro. Tant et si bien que, à ses côtés, Dragovic a semblé tout aussi faible. C’est dire combien, ces 24 derniers mois, les observateurs avaient minimisé l’importance de David Abraham au cœur de la charnière centrale bâloise.

On savait l’Argentin très solide après des débuts compliqués dans le championnat de Suisse. On ne pensait pas que sa présence bonifiait à elle seule tout un groupe, transcendait ses partenaires. Aujourd’hui à Getafe, l’Argentin s’est montré à la hauteur du combat contre le Real Madrid le week-end passé (victoire 2-1 contre Ronaldo et Cie). Il a tourné la page bâloise mais doit être conscient que, avec lui, les hommes de Heiko Vogel ne seraient pas tombés dans le piège, à Cluj.

Parlant du technicien allemand, d’aucuns s’amusent aujourd’hui à annoncer la fin de son état de grâce. C’est grotesque. A ceux qui commencent à exiger son départ, il faudra peut-être rappeler que le rouquin a dû composer avec de nombreux départs cet été. A celui d’Abraham se sont ajoutés ceux des perles Shaqiri et Xhaka ainsi que les retraits de Chipperfield et Huggel. Les deux derniers cités n’étaient certes plus des titulaires à part entière, mais leur aura dans le vestiaire suffisait à remettre de l’ordre dans les moments durs.

Bâle, qui n’avait plus traversé de tempêtes depuis des lustres, plus connu de tel trou depuis près d’une décennie, va désormais devoir prouver qu’il est bel et bien un grand club, en tout cas le plus grand de Suisse. Lui qui avait su à merveille gérer le départ de Thorsten Fink en octobre dernier se retrouve face à un autre défi. Rester au sommet alors que, dans son sillage, un certain Sion commence à avoir les yeux plus gros que le ventre. A tel point que l’hypothèse d’un premier album de «Tintin en C1» fait déjà vibrer tout le Valais.

 

11:25 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)

05/08/2012

C'était la muraille Murray

051608_OLYHB69_c6ba179c.jpg

L'histoire olympique, décidément, est cruelle avec Roger Federer. L'or du simple se refuse toujours à lui. Quatrième à Sydney, éliminé sans gloire à Athènes en 2004 puis à Pékin en 2008, le Bâlois n'avait pourtant jamais été si proche de décrocher son Graal. Si proche et pourtant si loin.

Tout à l'heure, Andy Murray lui a administré une leçon de tennis. 6-2, 6-1, 6-4. Ce fut une véritable destruction massive. En règle, bien sûr, sans tordre le cou au protocole. Federer, aussi immense soit-il, doit sûrement être retourné au vestiaire avec une valise de regrets, quelques larmes de déception. Pourtant, en ce dimanche 5 août, près de 20 ans après que Marc Rosset eut triomphé à Barcelone, le Bâlois ne pouvait rien faire face à un Ecossais au sommet de son art. Il a eu beau lutter avec quelques-unes de ses meilleures armes, les balles revenaient les unes après les autres. Comme des coups de poignard.

Andy Murray, finaliste abattu il y a un mois sur ce même gazon que Wimbledon, est enfin le roi du gazon. Certes, ce titre olympique ne remplace pas une défaite en finale du troisième tournoi du Grand Chelem de l'année, mais il a le mérite de balayer la déception du 8 juillet. Le protégé d'Ivan Lendl a livré un match dénué de fausse note. Une copie si parfaite que cette finale tant attendue a vite tourné à la leçon de tennis. Aujourd'hui, sous le regard de tous ses compatriotes, c'était lui le patron. Ce sacre olympique est mérité. Cent fois mérité.

Pour Roger Federer, la pilule est dure à avaler. Car Rio 2016 paraît loin, très loin. Sans doute ne sera-t-il jamais champion olympique de simple. A ses yeux, ce succès eût été le couronnement de sa carrière, la petite cerise sur le gâteau. Mais ledit gâteau est déjà tellement grand, tellement immense, tellement majestueux avec 290 semaines comme numéro 1 mondial, 17 bougies comme autant de Grands Chelems, qu'il faut bien tolérer de voir quelques-uns de ses adversaires récupérer des miettes. La défaite du jour n'enlève rien à celui qui reste le plus grand champion que l'histoire du tennis ait enfanté.

Maintenant, il reste à saluer Andy Murray. Lui, longtemps considéré comme un «loser» par ses compatriotes. Lui, qui vient de passer quatre fois à côté de ses finales de Grand Chelem, a apporté une très belle réponse aujourd'hui. Il sait répondre présent au moment opportun. Il sait gagner. L'Ecossais n'en deviendra que plus dangereux à l'avenir. Ce titre olympique peut lui servir de déclic. Comme quoi, le «Big Four» existe bel et bien.

04/08/2012

JO 2012: c'était "fighting-Spirig"

 

Spirig.jpg

Il a fallu cette photo-finish ahurissante pour que la Suisse entière se lève d'un seul bond et puisse enfin entendre résonner dans le ciel londonien son hymne national. Nicola Spirig, 30 ans, lui a apporté son premier titre - et on espère pas le dernier - des Jeux 2012 au bout d'un triathlon à couper le souffle. La triple championne d'Europe a assumé son statut tout au long du parcours. «Je ne voulais pas une médaille, je voulais l'or», s'est-elle exclamée après avoir reçu sa breloque.

Pour la Zurichoise, cette récompense n'est pas tombée du ciel. Elle est en effet allée la chercher dans un dernier sprint au coude à coude avec la Suédoise Lisa Norden. Avant de s'écrouler au cœur d'Hyde Park en attendant de voir son résultat - et, par conséquent, son triomphe - validé. Neuf centièmes seulement l'ont séparée de la Scandinave et seule la photo-finish a confirmé sa victoire. «Je suis sans voix, c'est stupéfiant», a alors déclaré la nouvelle héroïne de la délégation suisse. En passant la ligne, j'étais certaine d'avoir gagné, mais j'ai dû attendre qu'un officiel vienne me le confirmer.»

Et voilà comment, depuis son apparition aux Jeux, le triathlon a une fois de plus permis à notre pays d'enrichir sa collection de breloques. Douze ans après le titre historique de Brigitte McMahon et la médaille de bronze de Magali Di Marco-Messmer, huit ans après celle de Sven Riederer (en bronze également), Spirig a livré une véritable démonstration de force. Elle voulait être prête le jour-J. Elle était prête le jour-J. Ses jambes de feu et sa science de la course lui ont conféré une véritable sérénité. La jeune femme n'a jamais paniqué durant près de deux heures de course.

A la veille de l'épreuve, la native de Winkel, qui n'a pas pris une ride, promenait cette assurance et cette légèreté qui forment le socle des plus belles victoires. «Je me suis parfaitement préparée pour ce rendez-vous, lâchait-elle. Aucune situation ne me fait peur. Je me sens même prête à faire la course en tête.» L'important, pour elle, était de finir devant. Malgré les tentatives de Norden, malgré les attaques des Américaines et des Australiennes, la Suissesse a fait preuve d'un époustouflant «fighting-Spirig» pour ne pas laisser l'or lui filer sous les pieds.

A Pékin, elle était restée sur sa faim avec un 6e rang final alors qu'elle rêvait déjà de podium. Cette fois-ci, au cœur d'une saison qui avait confirmé sa montée en puissance, elle ne voulait pas revivre pareille désillusion. Son sprint l'a assise sur le toit de l'Olympe. «Nicola est une finisseuse incroyable, n'a pu que constater sa dauphine Lisa Norden. Je n'avais jamais été aussi proche d'elle et j'étais surprise de revenir sur elle avant la ligne, mais cela n'a pas été suffisant. J'étais proche oui, mais pas assez...» Et, alors que d'aucuns prétendaient que les deux jeunes femmes auraient dû être toutes deux déclarées championnes olympiques, la Suédoise n'a pas voulu ajouter de l'huile sur le feu. «A l'avenir, on pourrait décider de ne pas regarder la photo-finish», glissa-t-elle dans un demi-sourire.

Pour Nicola Spirig, l'instantané final a eu valeur de libération. Considérée comme un pur talent du triathlon depuis son plus jeune âge, la Zurichoise semblait promise à goûter un jour à l'or olympique. Elle l'a enfin accroché autour de son cou, résistant à toutes les pressions. Nul doute qu'elle prendra désormais le temps de savourer ce qui ressemble fort au plus beau succès de sa carrière. «Je ne réalise pas encore, disait-elle trois heures après sa victoire. Ce qui m'arrive est quelque chose d'incroyable. Dans la vie d'un athlète, remporter le titre olympique est, je crois, le plus grand moment qui puisse arriver.» Surtout dans de telles conditions.

 


 

03/08/2012

Federer marque aussi l'histoire des Jeux

federerLondon.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'autre jour, une collègue est venue me demander quelles étaient, selon moi, les images fortes de la longue histoire des JO d'été. Il est évidemment difficile d'en citer plusieurs en une fraction de secondes, mais force est de reconnaître que les poings levés de Mexico 1968, le triplé de Zatopek en 1952 ou la démonstration de Bolt en 2008 viennent immédiatement à l'esprit.

Sportivement, il est désormais clair que le match qui vient de s'achever entre Roger Federer et Juan-Martin Del Potro ne sera pas balayé de si vite de notre mémoire non plus. Aussi haut en couleurs qu'interminable, ce choc entre deux hommes qui nous avaient déjà offert de grands moments par le passé (Roland-Garros 2009, US Open 2009...) a illuminé le tournoi olympique de tennis. L'ambiance traditionnelle de Wimbledon s'est d'ailleurs dissipée dans un brouhaha un peu fou qui a donné une autre teinte à une rencontre électrique, très disputée.

Non content d'être l'un des plus grands athlètes de l'histoire, le Bâlois a donc ajouté une ligne qui manquait encore à son palmarès: médaillé olympique en simple. Même si on ignore encore de quel métal sera faite sa breloque (or ou argent), la performance réalisée est extraordinaire. L'intéressé a en effet mis ses tripes sur le gazon (enfin, ce qu'il en reste) pour venir à bout de l'Argentin.

Admirable, «JMDP» a de son côté prouvé, si besoin était, que les Sud-Américains savent se transcender pour les compétitions olympiques. Dans un récent passé, Fernando Gonzalez et Nicolas Massu nous l'avaient démontré. Seulement, Del Potro est pour sa part tombé sur un «ancien» qui ne voulait surtout pas laisser passer sa (dernière?) chance de disputer une finale aux Jeux. «RF» a été grand, géant, monstrueux. Même face à coup droit de son adversaire.

Grâce au numéro 1 mondial, c'est désormais la Suisse entière qui, ce soir, pourra boire un verre pour célébrer la première médaille de la cuvée 2012. Décidément, heureusement que le tennis existe pour la délégation helvétique. Rappelons en effet que Marc Rosset, il y a 20 ans, avait ramené la seule breloque à laquelle le pays avait eu droit. Celle-ci était d'or. Ne reste plus qu'une marche à Federer pour imiter son glorieux aîné.

 

02/08/2012

Tramèr en or?

311352_OLY117 RLW_7a64e5ec.jpg

Il y a une semaine, au moment de dresser une liste non-exhaustive des espoirs suisses de médailles, ils étaient plusieurs à se demander où situer Lucas Tramèr et le quatre poids légers. Sur le papier, l'embarcation helvétique avait bien entendu le profil d'une sérieuse prétendante à une breloque, mais les soucis de poignet récemment connus par le Genevois laissaient planer une incertitude sur ce que pourrait être son avenir olympique.

En deux courses rondement menées, l'intéressé et ses trois complices Gyr, Niepmann et Schürch ont pourtant vite balayé les doutes. Sur le plan d'eau d'Eton Dorney, tout le monde, désormais, les craint. Il faut dire que les Suisses ont su imposer le respect et, tout à l'heure sur le coup de 13 h 10, ils pourraient bien offrir au pays la toute première médaille d'une cuvée 2012 pour l'heure insipide. «Nous visons une breloque», assure un Lucas Tramèr intelligent.

Le garçon renaît à l'ambition après une année difficile. Il mesure d'autant mieux la chance qui est la sienne aujourd'hui lorsqu'il fait la somme des efforts consentis pour se rendre à Londres. L'or de gloire est peut-être arrivée. En tout cas, c'est une médaille - peu importe laquelle - qui lui tend quasiment les bras. Un dernier petit effort et l'aviron suisse retrouvera la place qui est la sienne, dans les livres d'histoire. Après tout, ce n'est pas Tramèr à boire.