04/06/2011

Sans Frei, la Suisse a su se libérer...

Il est bien sûr trop tôt pour tirer des conclusions. Mais cette équipe de Suisse, comme on s’y attendait à l’époque, a énormément gagné avec le départ à la retraite d’Alexander Frei. Statistiquement parlant, cela pourrait paraître paradoxal quand on sait que le Bâlois reste le meilleur buteur de l’histoire du foot suisse, mais les chiffres ne sont pas tout dans un collectif, où la cohésion est davantage une combinaison gagnante.


Tout à l’heure sur la pelouse de Wembley, tout comme on avait pu le faire durant la semaine que les internationaux ont passé à Freienbach, on a mesuré à quel point Barnetta et compagnie étaient libérés par l’absence de leur ancien capitaine. Dont l’ego, force est de le reconnaître, avait pourri l’ambiance de la Nati depuis une certaine Coupe du monde 2010.


Si le joueur du Bayer Leverkusen a «planté» deux pions à Londres, ce n’est certainement pas pour rien. Et si les langues se sont déliées durant la semaine – il suffit d’avoir entendu Behrami pour comprendre -, c’est le signe que le nouveau chantier entrepris par Ottmar Hitzfeld est sur la bonne voie. Loin, très loin, des gestes de mauvaise humeur de Frei qui avaient fini par miner l’effectif rouge à croix blanche.


Parlant d’Ottmar Hitzfeld, tiens, tiens… L’homme qui avait confié une partie de sa destinée à… Frei a tourné casaque. Ou plutôt son fameux ciré. Abandonné dans son armoire contre un costume cravate qui lui sied mieux, l’Allemand a surtout réussi en changeant de système. Ce qu’il aurait dû faire il y a bien longtemps, certes, mais il n’est jamais trop tard. Son premier pari perdu en donnant sa confiance au renard du FCB, «Gottmar» a remporté le deuxième. Cela n’ouvre évidemment pas la porte de l’Euro 2012 aux Helvètes, mais reste un signe encourageant d’avenir.


Alors bien sûr, le voyage en Pologne et en Ukraine ne se rapproche pas avec ce nul, mais les motifs d’espoir pour la Coupe du monde 2014 sont plus larges: la paire centrale Djourou-Senderos s’est montrée à son aise, malgré les glissades du premier cité. Capitaine, Gökhan Inler a montré un tout autre visage. Les entrées en jeu d’Emeghara et Mehmedi ont été bonnes. Puis il faut également souligner la performance correcte de Granit Xhaka qui a su élever son niveau de jeu. Hélas, il pourra garder en travers sa perte de balle de la 37e minute, qui amène le penalty anglais. C’est la grosse différence entre la Super League et le top niveau.


Mais, on l’a dit, la Suisse, cette Suisse, a de la qualité. On attend confirmation pour s’emballer davantage. Car il n’est pas possible de porter aux nues un groupe qui était bien malade il y a de cela encore trois mois.