29/12/2011

ABC Foot 2011 (1/3)

A comme AYEW . André l'aîné, Jordan le petit. Les frangins ghanéens de Marseille ont définitivement explosé en 2011. Le premier cité avait déjà fait des merveilles lors de la Coupe du monde 2010, l'autre est sorti de l'ombre. Fils d'Abedi Pelé, ils marchent sur les traces du papa. Mais André, 22 ans, a encore plus de talent. Le Bayern Munich n'y serait pas insensible.

B comme BARCELONE . «Qui n'aime pas Barcelone n'aime pas le football». Entendue récemment, cette phrase ne mérite pas 36'000 analyses. Parfaitement articulées, les plaques tournantes de Josep Guardiola ont changé la vision que l'on avait du ballon rond version 2010-2011.

C comme CAPRICES . Un contrat qui ne plaît pas, un statut qui irrite. Les stars du foot n'ont pas leur pareil pour faire des caprices. Carlos Tevez en est la parfaite illustration. En refusant d'entrer en jeu contre le Bayern Munich en Ligue des champions, l'attaquant de Manchester City a signé son divorce avec les «Citizens». L'Argentin se cherche un nouveau point de chute. Eux aussi amateurs de caprices, les Sochaliens Anin et Maïga ont fait pire en mettant en péril l'avenir immédiat de leur équipe en Ligue 1.

D comme DANEMARK . Petit pays certes, mais quasiment toujours présent dans les grands rendez-vous. Encore une fois, les «Danish Dynamites» disputeront l'Euro. En sortant d'un groupe difficile, les protégés de Morten Olsen - en place depuis l'an 2000! - ont tordu le cou aux pronostics, fait taire les sceptiques. Sans posséder de véritables stars, mais en formant un ensemble au sein duquel le mot «cohésion» est une garantie, ils régalent. Un exemple à suivre pour la Suisse?

11:14 Publié dans Sports | Tags : football, 2011, ayew, barcelone, tevez | Lien permanent | Commentaires (0)