06/10/2010

Les M21 ans doivent le faire

Mardi matin dans les couloirs de l'Hôtel des Bains de Saillon, l'ambiance était au beau fixe. Les M21 ans s'y étaient réunis quarante-huit heures avant d'entrer de plain-pied dans les barrages en vue de l'Euro 2011. Ce jeudi soir, les rires devront laisser place à l'application. Conduits par un sélectionneur intelligent, le Tessinois Pierluigi Tami en l'occurrence, les "Rougets" ont une opportunité magnifique d'intégrer le club des huit meilleures nations du continent dans leur catégorie d'âge. "Pour nous, c'est la dernière occasion de réaliser quelque chose de grand dans les catégories de jeunes", confiait le gardien et capitaine Yann Sommer.

Après les désillusions de 2006 (Portugal) et de 2008 (Espagne), les Helvètes ne doivent pas manquer la dernière marche censée les emmener à l'Euro danois de juin prochain. Malgré les absences d'Affolter, Costanzo, Derdiyok, Shaqiri et Stocker, tous retenus au Monténégro avec l'équipe A, la possibilité de faire tomber les Scandinaves existe. Ces Suédois ne doivent en aucun cas inspirer la crainte dans les rangs suisses. "Ils ont un peu plus d'expérience que nous et ont la chance d'être pour la plupart titulaires dans leur club respectif", constate Tami.

Reste que, avec des noms tels Ben Khalifa, Gavranovic, Hochstrasser ou Sommer, ses hommes ont le potentiel pour franchir ce dernier cap. "Mais ne prenons pas l'adversaire à la légère, annonce le Genevois Xavier Hochstrasser. Leurs noms ne nous disent rien, mais l'inverse est aussi vrai. Eux ne savent pas non plus qui nous sommes."

Peut-être qu'ils auront mieux appris à connaître les jeunes Suisses, sur le coup de 22 h 15, au terme du barrage aller à Sion. Quatre jours plus tard, les "Rougets" iront défendre leur chance à Malmö. Un petit passage par la Suède avant d'aller au Danemark? Pour rappel, voici huit ans maintenant, c'est non loin de Copenhague que l'ASF avait décroché ses premiers lauriers. C'était grâce aux M17 de Barnetta, Senderos et Ziegler. La brochette M21 de 2010, emmenée par Ben Khalifa, Hochstrasser et Sommer peut-elle faire aussi bien? "Pensons d'abord au barrage et après on verra", lâchent-ils tous en choeur.

03/08/2010

Une sélection intéressante. Merci Ben Khalifa?

Ottmar Hitzfeld va faire des heureux dans le peuple suisse. Ce matin, le sélectionneur de l’équipe nationale a annoncé qu’il retenait l’attaquant Nassim Ben Khalifa dans le groupe qui doit se rendre en Autriche pour le traditionnel match amical du mois d’août. «Enfin», serions-nous tentés d’écrire, tant le Vaudois était attendu à chaque convocation, depuis mars dernier.

Champion du monde des M17 ans, brillant avec Grasshopper la saison dernière, le nouveau joueur du VfL Wolfsburg est promis à une grande carrière. Si d’aucuns rappellent avec intelligence que les titres acquis chez les jeunes ne permettent pas forcément de briller à l’étage supérieur, force est toutefois de reconnaître qu’on ne saura jamais ce qu’il peut advenir si on ne teste pas le buteur. Ce devrait être chose faite à la mi-août.

Devrait, car une rumeur venue de Tunisie, le pays dont sont originaires les parents de Nassim Ben Khalifa, suggère que le jeune homme ne serait pas insensible aux appels du pied de la Fédération sise à Tunis. Au point de refuser la convocation envoyée par Hitzfeld. Qui croire? Que croire? En cas de «non», l’ancien junior de Prangins adresserait un signe fort au sélectionneur allemand. Cela tendrait à dire qu’il privilégie la piste maghrébine. Un «oui», en revanche, ne lui interdirait pas encore les portes de la Tunisie, sachant que le match contre l’Autriche n’est qu’amical.

Bref, si vous avez encore suivi, sachez que Ben Khalifa est doté d’un potentiel hors-norme. En balance avec Bunjaku, il aurait même pu – dû? – être du voyage en Afrique du Sud, au mois de juin. Mais Hitzfeld avait alors fermé les yeux sur son talent. Pour (mieux) le regretter deux mois plus tard? La réponse tombera dans les prochaines heures.

Pour le reste, le successeur de Köbi Kuhn a livré une sélection au profil intéressant, qui contient encore et toujours le nom de Hakan Yakin. La première convocation de François Affolter, autre néophyte, est logique. Excellent durant toute la saison dernière avec Young Boys, le Biennois aurait aussi pu prétendre à une place dans le groupe qui a disputé la Coupe du monde. Il arrive en force deux mois plus tard, pour mieux préparer l’Euro 2012. Même si, en tant que joueur né en 1990, il pourrait être laissé à disposition des M21 ans en septembre, ceux-ci jouant leur place pour l’Euro 2011 de leur catégorie.

A mi-terrain, profitant de la retraite de Huggel, Hitzfeld a enfin rappelé le très intéressant Blerim Dzemaili. Pour rappel: sans une pléiade de blessures, le Zurichois de Parme serait depuis longtemps l’un des leaders de la troupe suisse. Il évoluerait peut-être même dans un club plus huppé. Cette sélection pour affronter l’Autriche représentera pour lui une chance énorme de faire sa place aux côtés de Gökhan Inler. Et de passer ainsi devant Fernandes et Schwegler, autres sérieux candidats à une titularisation dans l’axe de l’entrejeu. On notera encore, sur le flanc, le retour – logique lui aussi – de Valentin Stocker, actuel meilleur passeur de Super League.

Alexander Frei ayant décidé de faire l’impasse pour mieux soigner ses petits bobos, la Suisse ne se présentera à Klagenfurt qu’avec trois vrais attaquants, mais sans Ludovic Magnin, qui a mis un terme à sa carrière internationale avec raison. Enfin, deux gardiens ont été convoqués (Benaglio et Wölfli) et un troisième sera appelé en septembre. Sur le banc à Zurich, Johnny Leoni ne devrait pas être celui-ci. Hitzfeld a parlé de Sommer (hélas aussi sur le banc, mais à Bâle) et d’un probable nouveau, également appelé Frei. Stefan, de son prénom, qui évolue à Toronto, en Major League Soccer! Affaire à suivre. De près.