09/01/2011

Cocorico SUISSE!

Il y a une semaine jour pour jour, je me demandais sur ce même blog si le concept de «Suisse qui gagne» pouvait durer. De toute évidence, la réponse est oui. Heureusement que le sport est plus fort que la politique…


Car, qui a dit que ce dimanche 9 janvier devait rester pluvieux? Pas les fans du sport suisse, en tout cas! A ceux qui prétendent que nos athlètes sont aux abois, un simple coup d’œil sur Internet ou sur la page 100 du Téletext au cœur de l’après-midi suffisait à prouver le contraire.


Entre Lara Gut qui fait rayonner son beau sourire au sommet du super-g d’Altenmarkt, Dario Cologna qui explose le Tour de Ski et Stanislas Wawrinka qui a fait preuve de malice sur le tournoi de Chennaï, c’est un tout petit pays de sept millions d’habitants qui a dominé le monde du sport. Sans oublier non plus que, la veille, Roger Federer avait déroulé son meilleur tennis pour bondir sur le 67e titre de sa carrière à Doha.


Décidément, ce début d’année 2011, marqué également par le succès de Simon Ammann lors du concours de saut à skis de Garmisch, est idéal pour le drapeau rouge à croix blanche, qui flambe aux quatre coins du globe. Sur la neige et ailleurs.


Si, à chaque fois que «nos» footballeurs se plantent, les autres athlètes helvétiques se comportent ainsi, on serait presque prêt à demander aux hommes d’Ottmar Hitzfeld de continuer à nous décevoir. Cela est une boutade, évidemment, car, à l’image des tennismen et des skieurs, les footeux seront attendus dans les douze mois qui viennent. Bien sûr, on attend davantage de la part des M21 ans - qui seront de véritables candidats au titre européen en juin prochain au Danemark – que des A, mais ceux-ci ont tant de choses à se faire pardonner…


Tous les Suisses, ou presque, doivent à présent emprunter les pas du quatuor Federer-Gut-Wawrinka-Cologna. Cela vaut pour Silvan Zurbriggen, qui sort d’une semaine difficile. Cela vaut aussi pour Didier Cuche et Carlo Janka, qui vont enchaîner Wengen et Kitzbühel avec un appétit d’ogre. Après s’être emballée l’espace de quelques heures cet après-midi, notre fibre patriotique – un «cocorico» ne fait pas de mal, de temps en temps… - en redemande déjà. On en reparle dimanche prochain?

02/01/2011

La Suisse qui gagne, un concept qui peut durer?

Tiens, l’an neuf a apporté son lot de victoires au sport suisse. Il a suffi de passer d’une année à l’autre pour que le 1er janvier fasse sauter la banque. Simon Ammann impose son magnifique style au bas du tremplin de Garmisch et Dario Cologna règle ses compagnons fondeurs sur la ligne d’arrivée d’Oberstdorf. D’une pierre, deux coups. Et l’hymne suisse de résonner aussi fort que les vœux pour la nouvelle année.

Mais, attention, cet événement n’est pas forcément annonciateur d’un exercice 2011 faste. On veut bien qu’il ait démarré en fanfare, mais la Suisse qui gagne, ce concept né hier, peut-il raisonnablement durer? On aimerait y croire, mais…

En même temps, la nouvelle année laisse assez de place aux athlètes de nos contrées pour briller. Ce ne sont pas les défis qui manquent, même s’il n’y a pas de Jeux Olympiques à l’horizon.

Si Ammann peut boucler la Tournée des Quatre-Tremplins au soir du 6 janvier et devenir le roi mage du saut à ski, si Cologna est capable de s’offrir pour la deuxième fois de sa carrière le Tour de ski, leurs compatriotes ne seront certainement pas en reste dans les douze mois à venir.

Le prochain à être sur le pont n’est autre que Roger Federer. Dans sa course vers un retour au sommet du tennis mondial, le Bâlois ne doit surtout pas se rater dans deux semaines à Melbourne, où il défendra le dernier titre du Grand Chelem qui lui reste. C’est surtout entre mai et juillet, période durant laquelle il aura moins de points à perdre que son rival Nadal, que le Bâlois pourrait redevenir le roi. Et, au passage, le plus grand de l’histoire.

On parle de Federer, mais on pourrait aussi évoquer les skieurs. Alors que Zurbriggen épate son monde au sommet du classement général – s’il ne craque pas, ce sera l’exploit du siècle -, les Mondiaux débutent dans moins de quarante jours à Garmisch. Sur la terre de Maria Riesch, qui sera attendue par tout un peuple, les Helvètes peuvent-ils faire aussi bien qu’à Val-d’Isère voici deux ans? En l’absence de Didier Défago, champion olympique de descente, les regards seront tournés vers les spatules de Didier Cuche, qui demeure le véritable leader de cette équipe de Suisse. Derrière le Neuchâtelois, quid de Carlo Janka, dont on dit la santé précaire? Que peuvent faire les autres, dont Grünenfelder et Zurbriggen, vainqueurs durant cet hiver? Et les Gini, Kueng et autre Viletta? On attend de voir, mais le mois de janvier, riche en compétitions (dont plusieurs slaloms) nous apportera des réponses sur la forme de chacun.

Au rayon féminin, Lara Gut cherchera à faire taire les critiques. La géniale Tessinoise a les moyens de ses ambitions, même s’il est bon de rappeler qu’elle revient de loin et qu’il faut encore lui laisser du temps. Dans son sillage, le trio Gisin-Kamer-Suter peut viser une breloque.

Si les sports d’hiver ont toujours la cote, n’oublions pas non plus les «footeux» d’Hitzfeld. Alors que le sélectionneur affiche un optimisme presque béat dans le journal de l’ASF («Hop Suisse!»), le feu est orange pour sa troupe, bien mal embarquée dans les éliminatoires de l’Euro 2012. Seul un cru 2011 sans tache pourrait lui permettre de redresser la barre. On ne parle pas de ce match amical du 8 février à Malte, mais plutôt du déplacement du mars à Sofia et du voyage de juin vers Wembley. Deux rencontres à ne pas perdre. Ou, plutôt, à gagner. Une mission impossible? C’est ce que tout le monde pense, mais «Gottmar» doit justifier son surnom. Même si, on le sait déjà, il ira jusqu’aux éliminatoires de la Coupe du monde 2014 avec la Nati.

La Suisse qui gagne, le concept évoqué plus haut, ne concerne peut-être pas vraiment l’équipe nationale A de football, mais elle pourrait davantage toucher les M21 ans. Qualifiés pour l’Euro au Danemark, les joueurs dirigés par le Tessinois Pierluigi Tami auront leur mot à dire en juin. Plongés dans un groupe à leur portée (Bélarus, Danemark et Islande), ils peuvent imiter leurs prédécesseurs de la volée 2002, demi-finalistes à la maison. Voire faire aussi bien que les M17 ans, champions d’Europe en 2002, au… Danemark. Vous y voyez un signe encourageant? Moi aussi!

Ne reste plus, désormais, que les autres athlètes helvétiques, prennent le bon pli. Sur le plan individuel, on pense à Sébastien Buemi (Formule 1) et à Ariella Kaeslin (Gym), mais aussi, collectivement, aux cyclistes – il ne faut plus que Cancellara soit le chêne centenaire cachant la forêt – et aux hockeyeurs, bien désireux de connaître une demi-finale mondiale.

La Suisse qui gagne? On en reparle dans douze mois!

09/12/2010

Mais qui sera l'homme de l'année?

85978534.JPG

 

 

Le grand raout est agendé à samedi soir, dans les aseptisés studios de SF1. En direct sur les trois grandes chaînes nationales, le public aura l’honneur de découvrir le nom des sportifs suisses de l’année 2010. L’homme, la femme, l’équipe, le sportif handicapé, la révélation et l’entraîneur de l’exercice seront nommés.

La question principale tourne d’abord au-dessus du «mâle» qui sautera sur le trophée, une année après que Didier Cuche eut «mouché» Roger Federer de quelques minimes voix. Cette année, le Neuchâtelois fait bel et bien partie des candidats, mais son absence de médaille olympique ne devrait pas lui permettre de signer un doublé.

A dire vrai, cinq hommes se dégagent: Simon Ammann, Fabian Cancellara, Dario Cologna, Didier Défago et Carlo Janka. Le premier cité, double champion olympique, vainqueur du général de la Coupe du monde ainsi que du Mondial de vol à skis a tout pour l’emporter. Malheureusement, les magnifiques récompenses susmentionnées ont été glanées en début d’année. Et, dans l’esprit des gens, cela date peut-être un peu. Comme pour Cologna ou Défago, mais le Valaisan a le redoutable honneur d’avoir arraché l’or olympique dans une discipline majeure, la descente.

Cancellara, le turbo du vélo, et Janka, le «Iceman» qui réchauffe les foyers helvétiques par ses exploits, peuvent également être de sacrés clients. Ammann, pourtant, le mériterait. Comme en 2002, année où il avait déjà flambé aux JO.

Reste que ces fameux «Credit Suisse Sports Awards» font parfois tourner en bourrique le spectateur. On se souvient notamment de la nomination scandaleuse de Thomas Lüthi en 2005. Certes, le motocycliste bernois avait été couronné champion du monde, mais c’était en 125 cm3, et, face à lui, Roger Federer avait quasiment tout gagné!

Chez les femmes, il paraît plus compliqué de sortir un nom. Aucune d’entre elles, au niveau suisse, n’a véritablement illuminé le monde. La gymnaste Ariella Kaeslin (déjà lauréate en 2008 et 2009), la coureuse d’orientation Simone Niggli et la triathlète Nicola Spirig sont toutefois en ballotage favorable.

L’équipe de l’année devrait être celles des footballeurs M17 ans champions du monde (même si c’était en… 2009). Enfin, Jean-Marc Berset (sportif handicapé, Nino Niederreiter (révélation) et Dany Ryser (entraîneur) sont favoris dans leur catégorie respective.