27/05/2010

Bunjaku, le bon coup?

Ainsi donc, la nouvelle est tombée sur mon téléphone à 12 h et des poussières. Ottmar Hitzfeld a choisi de sélectionner Albert Bunjaku pour remplacer le maudit Marco Streller, forfait pour le Mondial 2010 en raison d'une cuisse qui siffle.

La première pensée m'ayant traversé l'esprit en lisant la nouvelle est "dommage". Oui, dommage de ne pas avoir eu l'audace d'aller chercher Nassim Ben Khalifa. Le champion du monde des M17 ans n'aurait rien eu à perdre en Afrique du Sud. Mieux, en jouant ne serait-ce qu'une minute sous le tricot de l'équipe "A", il aurait assuré son avenir avec la croix suisse sur le coeur. Jusqu'à preuve du contraire, il demeure sélectionnable par la Tunisie, le pays de ses parents. Le risque de le voir échapper à l'ASF - comme Neuville, par exemple - n'est pas écarté.032142_999f33e0.jpg

Bref, c'est donc dommage de ne pas avoir appelé le Vaudois. Séduisant durant le Mondial nigérian en novembre dernier. Séduisant durant tout le second tour avec un Grasshopper performant, celui-ci méritait sa chance. Comme un Valbuena l'a obtenue avec la France. Bien sûr, on ne peut pas comparer ces deux situations, mais l'équipe de Suisse doit s'appuyer sur les joueurs qui flambent en ce moment. Jeunes ou pas. Et non sur des vedettes qui traînent la patte.

Albert Bunjaku, le nouvel appelé, n'est pas de ceux qui se reposent sur leurs lauriers. Non. Si, lors de ses deux sélections - contre la Norvège en novembre et face à l'Uruguay en mars -, l'ancien joueur de Schaffhouse n'a pas montré grand-chose, rappelons tout de même qu'il a achevé sa première vraie saison en Bundesliga avec 12 buts à son actif.  Et ce sous les couleurs du très modeste club de Nuremberg. Alors, Bunjaku le bon coup? Ce serait à souhaiter...