18/07/2012

Ibra envoie Paris sur une autre planète

192129_FIF902_c5986b66.jpg

Depuis moins de 24 heures, c'est, en France, la grosse nouvelle, celle qui fait couler de l'encre aux quatre coins du pays et déclenche des vagues de commentaires sur Internet. L'officialisation du transfert de Zlatan Ibrahimovic au Paris Saint-Germain - pour un salaire annuel avoisinant les 18 millions de francs suisses! - fait office de véritable séisme et relance l'intérêt pour la Ligue 1. Les Français se disent forcément qu'en accueillant une telle star dans leur championnat, l'avenir de leur football pourrait s'annoncer plus rose. Que d'autres grands joueurs pourraient un jour évoluer chez eux.

Cela reste à voir, bien sûr, mais le raisonnement n'a rien d'infondé. Au-delà de l'arrivée de la mégastar suédoise, c'est bien entendu le PSG qui se voit fondamentalement bouleversé. Depuis juin 2011 et l'arrivée des Qataris à sa tête, le club de la capitale vit une mue quasi sans précédent dans l'histoire du football. Cela ne plaît pas à tout le monde, évidemment, car dépenser pareillement en période de crise est logiquement mal vu.

Reste que, sous l'impulsion du directeur sportif Leonardo, les plus grands joueurs n'hésitent désormais plus à pointer leur nez au Parc des Princes. Même si Beckham, Higuain ou Kaka ont (auraient) refusé d'installer leurs crampons près de la Tour Eiffel, l'effectif s'est miraculeusement consolidé, densifié en quatorze mois.

Le PSG, maintenant, n'a plus rien d'un club français. Son entrée en matière début août dans la saison 2012/2013 contre le FC Lorient présentera un saisissant contraste. Face aux multimillionnaires, les «Merlus» d'Innocent Emeghara ne ressembleront pas à grand-chose. Sur le papier, en tout cas, car rien n'indique que la tirelire parisienne soit un gage de titres.

Le plus intéressant, finalement, sera de comparer le Paris Saint-Germain d'une année à l'autre. Le samedi 6 août 2011, le premier PSG des Qataris en match officiel - déjà aligné contre Lorient pour une défaite 0-1 - évoluait dans la composition suivante: Sirigu - Jallet, Bisevac, Sakho, Tiéné - Matuidi, Chantôme - Ménez, Néné - Hoarau, Gameiro. Douze mois plus tard, il devrait démarrer avec un onze de base qui, niveau réputation et talent, n'aurait plus grand-chose à voir:

Sirigu

Jallet, Thiago Silva, Alex, Maxwell

Sissoko, Thiago Motta, Pastore

Ménez, Ibrahimovic, Lavezzi

01/09/2011

Mercato, en quelques mots

212105_BH1623_e8dd9cf3.jpg

Les agents ont les traits tirés et les présidents n'ont plus beaucoup de cheveux. Ainsi vont, chaque année, les 1er septembre, lendemains de bouclage du mercato. Après avoir mis plusieurs jours à se mettre en route, le marché estival des transferts s'est fini en apothéose. Jusqu'à 23 h 59 hier soir, les rebondissements n'ont pas arrêté de s'enchaîner.

On croyait ainsi André-Pierre Gignac parti en Angleterre - pas forcément bon pour sa cure! -, le voici revenu ce matin à Marseille. Comme qui dirait, la «queue entre les jambes». L'OM, qui pensait s'en débarrasser, a commis une double erreur. De un, il n'est pas parvenu à le lâcher. De deux, il récupère un joueur conscient que plus personne ne veut de lui. «APG» était déjà mal en (m-bon)point, qu'en sera-t-il dès lors que Deschamps l'enverra s'échauffer?

Parmi les autres rebondissements, on trouve l'arrivée de Yossi Benayoun à Arsenal. L'Israélien continue son tour d'Angleterre. Après West Ham, Liverpool et Chelsea, le voici chez les «Gunners». Conscients de la fébrilité des hommes de Wenger, les «Blues» ont fait preuve de générosité en le prêtant pour une année chez leurs anciens rivaux. En même temps, Chelsea récupère l'excellent Raul Meireles, le tatoué de Liverpool. A 13,5 millions le transfert et un salaire conséquent, le Portugais va pouvoir s'en aller faire un tour chez EternelTattoo. A la liste des mouvements importants des dernières heures, on peut ajouter Cole (Liverpool-Lille), Crouch (Tottenham-Stoke City), De Guzman (Majorque-Villarreal), Diego (Wolfsburg-Atletico Madrid) ou encore Poulsen (Liverpool-Evian).

Mais la bombe, la vraie, est cette nouvelle rumeur qui nous transporte déjà à l'été prochain, à savoir l'arrivée de José Mourinho aux commandes du PSG. Déjà contacté en 2008, le technicien lusitanien aurait cette fois-ci donné son accord au club français pour le rejoindre d'ici douze mois. Il y a trois ans, le «Mou» avait poliment refusé, conscient qu'il était du manque de moyens financiers des Parisiens. Trente mois plus tard, les Qataris sont arrivés avec leurs euros sous les bras et le voici d'un tout autre avis.

En Suisse, on ne brasse pas autant d'argent, mais Innocent Emeghara gagnera dix fois plus à Lorient que ce qu'il percevait jusqu'à présent à Grasshopper. A 22 ans, l'international suisse a choisi de prendre la direction de la Bretagne au dernier moment du mercato. Le choix paraît excellent, tant ses qualités dans la prise de profondeur et sa puissance peuvent lui permettre de donner des ailes aux «Merlus». Avec un entraîneur aussi joueur que Christian Gourcuff, le brave «Inno» a tout pour s'épanouir. A condition de garder les pieds sur terre. Mais sa modestie, aperçue au Danemark au mois de juin, devrait le lui permettre.

Mario Gavranovic, son homologue sous le maillot rouge à croix blanche, a pour sa part décidé de rester en Bundesliga. Mais il ne fera plus banquette derrière Raul à Schalke. Le Tessinois s'apprête à gratter du temps de jeu à Mainz. Le pari est osé, mais il pourrait être gagnant. Réponse en décembre. Voire avant.

Car, comme à chaque fois, on se donne à peu près six mois pour analyser les conséquences du marché. Comme à chaque fois, on sera sûrement obligés certains joueurs d'avoir effectué tel ou tel choix. Mais telle est la loi du football. Où les agents font parfois pression pour toucher un chèque légèrement doré.

 

13/01/2011

Vous êtes trentenaire? Au revoir!

041233_MUN813_86e706f.jpg

Les temps sont durs pour qui a les articulations qui grincent. A trente ans déjà, certains athlètes se retrouvent sous la guillotine de leurs employeurs car leur passeport date des années 70. Un tort dans le milieu sportif, où les marques du vieillissement ne se corrigent pas avec une pointe d’Oil of olaz. D’un côté il y a Julien Lizeroux, le skieur français, qui doit tirer un trait sur le slalom de Wengen car ses genoux sont en compote et, de l’autre, il y a les footballeurs, dont les performances s’essoufflent.

En cette période de mercato hivernal, aussi triste est-il vu le peu de mouvements aperçus, le statut de plusieurs trentenaires est remis en question. Pêle-mêle, les noms de Mauro Camoranesi, Sidney Govou et autre Mark van Bommel risquent de valser. La raison? Leur club ne compte plus vraiment sur eux.

Pourtant accueilli comme une véritable star à Stuttgart, l’Italien – champion du monde en 2006 – n’a pas tenu six mois en Bundesliga. Le club souabe n’en peut plus de ses performances en dessous de tout. En sept apparitions, Camoranesi n’a marqué les esprits que par la grâce d’un carton rouge. Un bilan désastreux pour qui était encore aligné lors de la dernière Coupe du monde! «Si Mauro trouve une équipe, on pourra évoquer sans problème la question d’un transfert», a souri Fredi Bobic, le directeur général du VfB.

Toujours en Allemagne, Mark van Bommel ne sait pas si son avenir au Bayern Munich se dessinera encore lors de la deuxième partie de la saison. Le milieu de terrain batave, dont le contrat court jusqu’en juin prochain, pourrait déserter la Bavière avant même la fin de l’hiver. Plus vraiment en odeur de sainteté auprès de son compatriote Louis van Gaal, l’ancien joueur du Barça pourrait se lancer un dernier défi. L’engagement récent de Luiz Gustavo à Munich le pousse vers la sortie. A 33 ans et après avoir évolué en Eredivise, en Liga et en Bundesliga, «MvB» rêve d’un contrat en Premiership anglaise ou en Serie italienne. D’un côté, Stocke City et West Bromwich Albion auraient manifesté un petit intérêt. De l’autre, l’AC Milan, jamais à court de vétérans, et la Genoa seraient à l’affût. «En tout cas, mon portable reste allumé», a fait savoir le Néerlandais.

Plus à l’Est, il en est un dont le numéro de mobile est connu de tous, c’est Sidney Govou. En moins de six mois en Grèce, l’ex-Lyonnais s’est mis tout Athènes à dos. Au Panathinaïkos, plus personne n’ignore ses frasques nocturnes. Et, surtout, plus personne ne veut le voir sur le terrain. Même s’il jure vouloir faire son trou chez les champions hellènes, l’ancien international français ne devrait plus y faire de vieux os.

Moralité: vous êtes trentenaire? Au revoir!

01/09/2010

La foire aux bestiaux s'est terminée!

281610_MME103_2d9e6275.jpgCe n'est pas le salon de l'agriculture, mais ça y ressemble. On guette la bonne bête, on tâte le terrain, puis on choisit de miser sur un cheval en espérant que ce soit le bon. Le mercato - le marché footballistique des transferts - s'est arrêté aujourd'hui à minuit. La date-limite a été dépassée, mais les dirigeants qui ont cassé leur tirelire espèrent avoir recruté des joueurs dont la fraîcheur ne sera pas mise en doute.

Une fois de plus, le temps de la valse (des changements de club) ne s'est agité que durant sa dernière semaine. Mais, victime - enfin! - de la crise, il a contraint les clubs et les footeux à revoir leurs prétentions à la baisse. Reste que quelques gros coups l'ont néanmoins animé. Si, l'an dernier, le Real Madrid avait fait des folies en réalisant les deux plus gros transferts de l'histoire (Cristiano Ronaldo et Kakà), il s'est en revanche calmé cet été. Mais c'est tout de même encore lui qui s'est montré le plus actif! Parmi les sensations estivales, l'arrivée du "duo-pack" allemand Khedira-Özil n'est pas la pire. Celle du brillant Argentin Di Maria non plus. Le club merengue a peut-être réussi la plus belle de ses transactions en allant chercher Jose Mourinho à l'Inter Milan.

Le mercato 2010 redessine le paysage du foot à ce niveau-là. Les stars ne sont plus les joueurs, mais bien les entraîneurs. Ainsi, outre la signature du "Mou" à Madrid, celles de Benitez à l'Inter Milan et de Hodgson à Liverpool ont attiré les projecteurs. Les trois hommes relèvent peut-être les plus gros défis de leur carrière ne changeant de banc. Primo, le Portugais, qui se proclame meilleur entraîneur du monde, doit redonner son lustre à la "Maison-Blanche". Deuxio, l'Espagnol, qui a terminé son aventure anglaise en queue de poisson, doit rebondir au sein d'une équipe qui a tout gagné, ou presque. Tertio, l'ancien sélectionneur suisse, qui se retrouve enfin à la tête d'un club prestigieux dans son pays natal, a tout intérêt à ne pas marcher seul s'il entend retrouver la Ligue des champions.

Si les coaches ont été les vedettes de la trêve, les grands joueurs ayant changé de maillot ne sont pas des moindres non plus. Parmi les mouvements majeurs, on relèvera les arrivées à Barcelone de Mascherano (Liverpool) et Villa (Valence), celles de Milner (Aston Villa) et Touré (Barcelone) à Manchester City, celle de Raul à Schalke, de Diego à Wolfsburg, de Ballack à Leverkusen, de Gallas et van der Vaart à Tottenham, de Raul Meireles à Liverpool, de Ibrahimovic et Robinho à l'AC Milan, de Gourcuff à Lyon et de Gignac et Rémy à Marseille.

Malgré tout, la crise étant passée par là, les départs promis de Fabregas (Arsenal), Forlan (Atletico Madrid), Gerrard, Kuyt et Torres (Liverpool) n'ont pas eu lieu. Ces cinq joueurs ont eu la classe de ne pas faire la guerre à leurs dirigeants pour quitter leur club respectif. Au contraire de Ben Arfa ou Niang...

En Suisse, Inler (Udinese) a manqué les 26 millions d'euros promis par... l'Inter Milan. Behrami (West Ham) est passé à côté de son transfert à l'AS Roma. Les agents des joueurs promettent que ce n'est que partie remise. Pendant ce temps-là, Gelson (Chievo) et von Bergen (Cesena) tentent de se relancer en Italie. Et ça pourrait marcher!

10:49 Publié dans Sports | Tags : sports, football, mercato | Lien permanent | Commentaires (0)

21/07/2010

Dernières nouvelles du mercato...

La fin de la Coupe du monde a réjoui tous les fans des rumeurs. Depuis le 12 juillet, les amateurs de football s'intéressent enfin au marché des transferts, ce fameux mercato qui déchaîne plus les journalistes en mal de sensations fortes que les passions. Tout s'écrit et tout se dit quant à la valse des joueurs. Un tango enflammé avec tel club, un flirt enlacé avec un autre et l'encre coule, perpétuellement sur le mode du conditionnel.

2010 n'échappe pas à la règle. Et ce petit blog non plus, qui livre ici ce qui se fait de mieux en matière de rumeurs...

LES SUISSES...

Philipp Degen est prié de quitter Liverpool. Enfin! "Il doit chercher un nouveau club", s'exclame ce matin Roy Hodgson, le nouvel entraîneur des "Reds", dans les colonnes du Blick. Sans vouloir enfoncer le clou, l'ancien sélectionneur de l'équipe de Suisse met les formes quand il évoque le Bâlois: "Ce serait mieux pour lui qu'il aille ailleurs, par exemple dans un club où il pourrait être la star..." On ajouterait presque qu'il faudrait qu'il puisse encore en avoir les moyens, tant les carences tactiques du bonhommes sont flagrantes. Bref, Degen serait convoité par Stuttgart. Dont, faut-il le rappeler, le coach n'est autre que... Christian Gross.

Reto Ziegler, toujours à la Sampdoria, intéresserait... Liverpool.

Johan Vonlanthen, qui appartient toujours aux Red Bull Salzbourg, pourrait revenir à Zurich, mais... sous le maillot de Grasshopper, cette fois-ci!

EN FRANCE...

Hatem Ben Arfa, devenu indésirable à Marseille - comme partout où il est passé - serait en contact avec Newcastle, récemment promu en Premiership anglaise.

Ireneusz Jelen, l'attaquant polonais d'Auxerre qui jouera enfin la Ligue des champions, devrait finir par quitter l'Abbé-Deschamps. Annoncé un temps à l'OM, il serait désormais dragué par l'AS Monaco.

Toujours à la recherche d'un défenseur central de valeur pour épauler Cris, Lyon chercherait à enrôler l'international portugais de Porto Bruno Alves. Mais son prix (environ 30 millions d'euros) paraît rédhibitoire.

EN ANGLETERRE...

Steven Gerrard devrait, sauf cataclysme, rester encore à Liverpool. L'arrivée de Joe Cole et une discussion - constructive - avec Roy Hodgson l'auraient convaincu de demeurer à Anfield Road.

Meneur de jeu d'Everton, Mikel Arteta pourrait rentrer dans son pays. Des discussions avec Séville ont été entamées.

EN ITALIE...

Mal-aimé à l'Inter Milan, mal-aimé dans son pays tout simplement, l'attaquant italien d'origine ghanéenne Mario Balotelli, a été approché par le tout-puissant Manchester City.

Son coéquipier nerazzurro Maicon devrait bien finir par débarquer au Real Madrid, où son ancien coach José Mourinho rêve de s'attacher ses services.

EN ALLEMAGNE...

Annoncé à Schalke 04 par une rumeur totalement infondée, Raul, l'attaquant du Real Madrid, s'en éloigne de plus en plus. En revanche, le club de Gelsenkirchen aurait des vues sur le latéral uruguayen Fucile (Porto).

Hambourg, à la recherche de renforts, aurait proposé un curieux échange à la Juventus: son défenseur Aogo et son attaquant Elia contre les milieux de terrain Diego et Christian Poulsen!

 

Nous voilà arrivés au terme de cette première liste de rumeurs. Combien se vérifieront? 5 %? 10 %? Plus???