10/09/2010

Une "ola" pour Ollé-Nicolle?

021015_XAM203 XAM_20472f3e.jpgL’équipe de Suisse a joué, perdu et Hitzfeld a débriefé. Il a même trouvé le moyen de nous faire croire que le duo Inler-Schwegler dans l’entrejeu était une paire d’avenir. Il est fort, l’Allemand! Mais, derrière les cruelles réalités d’une sélection nationale qui est désormais dans l’obligation de gagner à Podgorica le 8 octobre, il existe aussi un championnat nommé Super League, qui reprend ses droits ce week-end.

Bien entendu, tous les regards se tournent vers Neuchâtel Xamax. A force de faire la «une» grâce aux scandales à répétition qui jalonnent son quotidien plutôt que grâce à ses victoires, le deuxième club romand en a marre. Il aimerait bien qu’on parle de lui pour autre chose. Le tout récent changement d’entraîneur intervenu voici deux semaines devrait lui permettre de retrouver des couleurs. En engageant le Français Didier Ollé-Nicolle, Sylvio Bernasconi a abattu sa dernière carte. Le nouveau mentor sort certes d’une expérience mitigée – déjà en «rouge et noir» - à Nice, mais est avide de revanche. A la Maladière, il ne veut surtout pas tomber dans l’anonymat.

Et, disons-le franchement, l’affiche que lui propose le calendrier ressemble à une véritable aubaine. Sa nouvelle équipe reçoit… Saint-Gall, une lanterne rouge en péril. Affichant le même bilan que les «Xamaxiens», les «Brodeurs» doivent sortir la tête de l’eau. Eux aussi. Pour Ollé-Nicolle, tout autre résultat qu’une victoire serait un cataclysme. Il n’emporterait certes pas ses espoirs de redresser «Neuch’», mais laisserait le sentiment que le chantier auquel il s’attelle est beaucoup plus conséquent qu’attendu. En revanche, avec trois unités dans sa besace, le Français distancerait son adversaire du jour et recollerait un tout petit peu avec le ventre mou. Les 12 spectateurs présents dimanche après-midi (16 h) dans l’antre neuchâtelois lui réserveront-ils une «ola» ou une bronca?