22/07/2012

Here, Wiggo!

Wiggo.jpg

Il n'y aura pas mis le panache voulu, mais Bradley Wiggins, lauréat du Tour de France 2012, fait tout de même un beau vainqueur. Plus, effectivement, par le biais de son look, de son style, de sa trajectoire a priori improbable et de son humour.

Car, au-delà des considérations techniquo-tactiques, «Wiggo» est un sacré personnage, qui détonne dans un milieu qui a appris à ne pas se laisser aller plus que de raison face aux micros. Avec le «British», les bons mots et les petites piques ne manquent pas. Le bonhomme est rafraîchissant, c'est certain.

Ceux qui ont assisté, en live ou sur Internet, à l'une de ses fameuses conférences de presse au cours du dernier Tour de Romandie pourront en témoigner. Et plutôt deux fois qu'une!

Voilà pourquoi on peut aussi sourire de voir ce Wiggins qui promène des allures de rock-star venir empiéter sur les plates-bandes des rois de la petite reine. Même si la domination de son équipe n'a pas été sans rappeler quelques précédents peu réjouissants, le Londonien ne peut en rien être comparé à Lance Armstrong, la plus grande esbroufe de l'histoire du sport. L'humilité et le respect sont en effet des valeurs profondément ancrées chez «Wiggo».

A 32 ans et après dominé l'univers de la piste de la tête et des épaules - qu'il a moins larges qu'en 2008 - ce dernier deviendra donc tout à l'heure le premier citoyen de son pays à défiler en jaune sur les Champs-Elysées. C'est fort. Ce d'autant plus que, même s'il n'était effectivement pas le plus fort en montagne cette année, il a su, il a pu dégoûter ses rivaux dans les chronos. Hier en direction de Chartres, c'est une véritable démonstration qu'il a offerte.

Autant dire qu'on se réjouit déjà d'assister à l'édition 2013 du Tour - la 100e! Avec Wiggins en favori, Froome, Nibali (si le parcours ne s'avère pas trop roulant) et van den Broeck en outsiders, ainsi que les retours de Contador et de Schleck junior, voire les confirmations du trio Pinot-Rolland-van Garderen, il devrait y avoir du sport. Et des attaques, enfin?

 

15/01/2012

La France du foot: triple A?

Tiens, et si le fameux club des cinq ne comptait finalement que quatre membres? Aujourd'hui, on peut en effet se poser des questions quant à la composition exacte de ce que l'on appelle traditionnellement les «meilleurs championnats européens». D'ordinaire, on glisse dans cette caste très fermée l'Allemagne, l'Angleterre, l'Espagne, l'Italie et la France.

Or, ce dernier, depuis quelque temps déjà, commence à péricliter. Le jugement n'émane pas forcément du soussigné, mais bien de ses principaux observateurs. On se souvient des salves régulières que Pierre Menès envoyait lorsqu'il hantait le plateau de l'émission «100% Foot». On se rappelle aussi de la mission que la LFP avait confiée à Michel Hidalgo afin d'imaginer un scénario capable de dynamiser son championnat. A en croire l'actualité, la Ligue 1 serait un «championnat en bois», qui n'aurait plus de quoi faire jeu égal avec ses voisins.

Force est de constater que la sentence n'est pas dénuée de sens. Au niveau du spectacle, il est vrai que la France peine à s'emballer pour les dix matches qui «animent» ses journées. Les rencontres du dimanche sur Canal + - à moins que celle de tout à l'heure entre Marseille et Lille ne nous fasse taire - se terminent souvent sur des tristes 0-0. Du coup, la réputation de la L1 ne va pas en s'améliorant.

Cela se constate d'autant plus en coulisses, car, en débarquant à Paris au mois de juin dernier avec des milliards dans leurs bagages, les nouveaux propriétaires qataris du PSG pensaient pouvoir attirer les plus grands noms chez eux. Hélas, jusqu'à ce 15 janvier, on n'a vu que Pastore poser ses crampons au Parc des Princes. Les uns et les autres ont tous répondu «non» aux sirènes du club de la capitale. Pêle-mêle, Beckham, Benzema, Damiao, Kakà, Maicon, Pato et encore Tévez ont été annoncés comme tout proche d'un accord avec le PSG avant que celui-ci ne doive déchanter.

Si les stars refusent à présent de rallier la France, il doit y avoir une raison. Et elle ne s'appelle sans doute pas triple A.