25/08/2010

Domenech, nech, nech

201254_FF6577_f7dffe3d.jpg

Domenech, nech, nech s'en allait tout simplement... En fait, le départ du sélectionneur français n'apparaît pas si simple que cela. Certes, le bonhomme a déjà été remplacé par Laurent Blanc, mais la Fédération française de football (FFF) doit désormais le libérer de son contrat. Sous forme de licenciement, si l'on en croit L'Equipe du jour. Engagé à la Direction technique nationale (DTN) depuis 1993 à durée indéterminée, l'ex-boss des Bleus devrait percevoir une indemnité de 1,5 à 2 millions d'euros. Pas mal pour quelqu'un qui n'a rien gagné, non?

Pis, après la tragédie comique sud-africaine, le Lyonnais a même tout perdu. Il ne possède apparemment plus le moindre ami dans le ballon rond, si ce n'est peut-être son fidèle adjoint - et pantin - Pierre Mankowski. Du coup, plusieurs médias s'interrogent sur la reconversion qui l'attend. Passionné par les astres et par le théâtre, Raymond Domenech n'est pas homme à rester enfermé chez lui. Après le séisme qu'il vient de vivre, c'est déjà une bonne nouvelle. Ses qualités de comédien ont éclaté au grand jour sur le bourbier de Kynsna. Une lettre à la main, devant des flashes et des caméras, le compagnon d'Estelle Denis avait même réussi à faire pitié au monde entier.

Le magazine SoFoot explore plusieurs pistes sur son site Internet. Si certaines sont fumeuses - astrologue par téléphone, tenancier de bar... -, d'autres peuvent être à suivre. On pense notamment à celle l'emmenant coacher au Qatar. Il faut dire qu'engager Domenech aujourd'hui est l'assurance de réussir un gros coup médiatique. Comme ces équipes cyclistes engageant des dopés avérés - Basso chez Liquigas, Schumacher chez Miche, Vinokourov de retour chez Astana... -, un club ou une sélection prendra-t-il (elle) le risque de s'attacher les services du grisonnant provocateur à crampons?