12/10/2011

Nati: la fin de 4 années pourries?

112143_freshfocus_8d9b0b2d.jpg

Voilà plus d'une année, déjà, que je milite sur ce blog et ailleurs pour l'intégration de Ricardo Rodriguez en équipe de Suisse. C'est chose faite et bien faite. Si le latéral zurichois n'avait pas été gâté par le sort en entrant en jeu dans un non-match vendredi dernier au Pays de Galles, il a en revanche fait étalage de toute sa classe hier soir à Bâle. Il incarne parfaitement l'avenir de cette sélection sur le flanc gauche. D'autres solutions (Berardi, Koch...) existent aussi, mais le champion du monde M17 a un talent fou et un immense potentiel qui ne devraient pas tarder à faire oublier les absences de Reto Ziegler.

Ouf, il y aura donc eu une bonne nouvelle dans cette semaine européenne gâchée par la Nati. Car n'en déplaise aux plus grands fans, le succès de hier soir est demeuré inutile. Il s'est construit en deuxième mi-temps contre un Monténégro qui a refusé le jeu. Faut-il rappeler que, en face des Helvètes, se trouvait une équipe «B»? Alors, tempérons ce retour d'enthousiasme. Si une victoire est toujours bonne à prendre, tant sur le plan de l'indice Uefa que sur le plan psychologique, force est malheureusement de rappeler que les internationaux d'Ottmar Hitzfeld passeront l'été aux Seychelles plutôt qu'en Pologne. Dommage, sur ce coup-là...

Hitzfeld, d'ailleurs, parlons-en. A quelques minutes du coup d'envoi de ce duel «pour beurre» face aux Monténégrins, Peter Gilliéron, le président de l'ASF, a confirmé l'Allemand dans ses fonctions. Le tout en murmurant que «c'est un très grand entraîneur». Alors, si tel est vraiment le cas, la Suisse - si talentueuse sur le papier - doit se qualifier sans problème pour la Coupe du monde brésilienne de 2014. Il n'y a qu'en la propulsant sur les plages de Cobacabana que l'ancien mentor du Bayern Munich redonnera un peu de lustre à son ciré délavé. Sur le plan suisse, de toute manière, la trace laissée par «OH» ne restera pas éternellement dans les mémoires.

Désireux que nous sommes de voir l'avenir du football suisse avec optimisme, nous lorgnons déjà avec appétit le match amical de mi-novembre contre les Pays-Bas. A Amsterdam, face aux magnifiques Robben, Sneijder et autre van der Vaart, les «petits Suisses» auront un fabuleux test à passer. En 2007, à Genève, ils avaient réussi à presser les «Oranje». On se souvient d'ailleurs de ce match comme de la dernière grande performance livrée par «nos» internationaux.

Ainsi, retrouver les Bataves est peut-être une bonne manière de boucler la boucle de quatre années pourries...

29/09/2011

On remercie Hitzfeld?

Au printemps passé, on a assez bavé sur Ottmar Hitzfeld pour, aujourd'hui, lui rendre hommage lorsqu'il effectue de bons choix. Depuis qu'il a été comme libéré par la retraite internationale d'Alexander Frei, le général de la Nati a été contraint et forcé de rajeunir ses cadres. On ne saura jamais vraiment si c'est une décision délibérée ou imposée par les circonstances, mais toujours est-il qu'elle lui a permis de se remettre sur le droit chemin. Et tous ses protégés avec lui.

On avait vu, au mois de juin, que les convocations distribuées à Innocent Emeghara, Admir Mehmedi et Granit Xhaka avaient été marquées du sceau de l'intelligence. On avait constaté, en août puis en septembre, que les coups de fil lancés à Gaetano Berardi, Fabian Frei, Timm Klose, Fabian Lustenberger et Yann Sommer s'inscrivaient dans la même logique, avec la même pertinence.

Alors, cet après-midi en découvrant la sélection appelée à affronter le Pays de Galles (le 7 octobre) et le Monténégro (le 11), on s'est tout autant réjoui que lors des dernières listes dévoilées par l'ancien mentor du Bayern Munich. On constate en effet que ce dernier a eu l'intelligence de faire appel à Ricardo Rodriguez, le (très) prometteur latéral gauche du FC Zurich.

A peine âgé de 20 ans, le robuste défenseur obtient ici la récompense d'une année 2011 haute en couleurs, marquée notamment par un début de saison sur les chapeaux de roue. Actuellement, il est l'une de seules satisfactions d'un FCZ qui peine à se faire entendre en Super League. Surtout, devant les difficultés de Reto Ziegler à se transcender avec le tricot rouge à croix blanche sur les épaules, il fait office de deuxième (ou peut-être même premier) choix pour occuper ce flanc sensible de l'arrière-garde helvétique.

A Swansea puis à Bâle, rappelons-le, les Suisses se devront d'aller forcer la porte des barrages, pour continuer à croire en une qualification pour l'Euro 2012 qui, jusqu'à il y a encore huit semaines, paraissait totalement improbable.

Même si le match en terre galloise ne sera pas une partie de plaisir, espérons que Hitzfeld aura le tableau d'affichage en sa faveur à cinq minutes de la fin. Histoire de faire entrer en jeu le fameux Rodriguez, «l'obligeant» à être un international suisse à vie. Né d'un père espagnol et d'une mère chilienne, l'intéressé, champion du monde M17 avec Ben Khalifa et Xhaka, est en effet surveillé de près par la sélection sud-américaine. C'est le moment!