30/05/2012

Federer: alerte ou pas?

301217_ROG144_55e43641.jpg

Ouf, Roger Federer a fini par passer l'épaule. Le voici au troisième tour de Roland-Garros, non sans avoir dû lutter plus que de raison contre le modeste Roumain Adrian Ungur. Tout à l'heure, le Bâlois a donc perdu un set sur la terre battue parisienne. Au tie-break et après avoir lâché deux balles de match de rang certes, mais cette manche égarée sur le bord de la route fait légèrement tache sur son bilan à distance avec Novak Djokovic.

Si, finalement, le plus important est évidemment de se retrouver qualifié pour le 3e tour, il n'en demeure pas moins que des questions se posent au sujet de l'ancien numéro 1 mondial. Plus que son niveau de jeu, c'est surtout autour de ses maux de dos que se concentrent les interrogations. Il se trouve en effet que, physiquement, l'intéressé souffrirait beaucoup plus qu'annoncé. Depuis trois semaines, les lancées seraient parfois terribles.

Cela s'est d'ailleurs vu cet après-midi sur le central de la Porte-d'Auteuil. Les déplacements de «RF» se sont avérés moins aériens que dans un tout récent passé. Son impact sur le jeu était tout relatif. Heureusement que, en face, son adversaire n'était qu'un improbable 92e mondial. Alors, les 30 heures de repos que le Bâlois aura à disposition avant son 16e de finale n'en sera que bienvenu.

Reste encore à savoir si ce match contre Ungur a été une vraie alerte pour Federer. D'aucuns, en 2009, avaient prétendu que sa victoire en 4 sets contre Acasuso était le début de la fin. Une semaine et demie plus tard, le Suisse, héroïque, remportait le tournoi. Nous n'en sommes pas là aujourd'hui, mais c'est tout le mal qu'on lui souhaite.

 

14:54 Publié dans Sports | Tags : federer, roland-garros, ungur | Lien permanent | Commentaires (2)

03/06/2010

Nadal sur la voie royale

Trois nouveaux petits sets ont suffi à assommer Nicolas Almagro. "C'est du béton", titre d'ailleurs L'Equipe ce matin. Rafael Nadal a retrouvé toutes ses sensations sur la terre battue parisienne. La défaite concédée l'année dernière en huitièmes de finale contre Robin Söderling est oubliée. L'Espagnol distille un tennis parfaitement huilé et apparaît injouable, comme il l'a été durant l'entier de la saison sur brique pilée. Imbattable, aussi? La réponse à cette question tombera dimanche après-midi au plus tard, mais force est de reconnaître que Nadal est sur la voie royale pour conquérir un cinquième titre à Paris.

Et, même s'il évolue actuellement sur un nuage, ce n'est certainement pas l'Autrichien Jürgen Melzer, surprise du tournoi, qui s'en ira chatouiller les biscoteaux du futur ex-numéro 2 mondial. Après quatre heures de bataille pour venir à bout de Novak Djokovic, le compatriote de Thomas Muster, âgé de 29 ans, n'aura pas les ressources physiques pour contrecarrer les desseins de "Rafa". Déjà qu'il n'a sans doute pas le potentiel pour créer une autre sensation... "Je viens de jouer le plus beau match de ma vie", concédait-il au terme de son quart de finale. Dur de l'imaginer faire mieux demain.

Et dimanche, même si Berdych, ou plus certainement Söderling, se pointe au rendez-vous de Nadal, la succession de Federer devrait tomber dans les bras de l'Ibère. On ne pense sincèrement pas que le Suédois, bien que parfaitement au point contre Roger mardi soir, puisse rééditer son exploit de 2009.

10:34 Publié dans Sports | Tags : tennis, nadal, roland-garros | Lien permanent | Commentaires (0)