24/02/2011

Adieu la Suisse!

C’est un véritable soulagement qui doit habiter l’Uefa; Bâle et Young Boys ayant été éjectés ce soir de l’Europa League, les coupes européennes peuvent enfin commencer. Adieu l’inexpérience et les erreurs de jeunesse que reproduisent chaque année les représentants de Super League! Le printemps se réveillera sans ses cancres européens venant de Suisse. Ouf!

Absente des débats, l’Helvétie du foot confirme ainsi son incapacité à se transcender pour les grands événements. Après les tourments que vit l’équipe nationale – au bord de gouffre en éliminatoires de l’Euro 2012 - voici donc une illustration supplémentaire des limites qui habitent les footballeurs de nos contrées.

Si le FCB et YB ont pris la porte, c’est à cause de leurs soucis défensifs. A chaque fois qu’une formation suisse se présente sur l’échiquier européen, elle prend un bouillon de la même manière: erreurs de placement, fautes de marquage et consorts constituent son lot quotidien. Et, chaque fin d’hiver, l’indice UEFA du foot rouge à croix blanche ne cesse de s’effriter.

Un jour, peut-être, l’un de nos représentants s’en ira au-delà du mois de février sur la scène européenne. Et il faudra savourer l’exploit, car il ne se représentera pas de sitôt. Au rythme où vont les choses…

15/02/2011

La Ligue des quoi???

Tiens, au lendemain de la Saint-Valentin, l’Uefa nous a sorti de sa manche un cadeau pas romantique pour un euro, le genre de casse-couple idéal: les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Etalées sur un mois, ces huit doubles confrontations sont censées enchanter le grand public, rendre les hommes encore plus amoureux de football et faire sauter les audiences TV.

Seulement, c’est chaque année la même rengaine sur les pelouses du Vieux-continent, à savoir un spectacle qui n’en est pas un. L’hymne de la C1 a beau retentir dans le ciel européen, les étoiles restent aux vestiaires. Les matches sont ternes, mous, fidèles à un football qui, d’année en année, meurt à petit feu.

Pis, en plus d’être calculatrices, les équipes se rendent à présent coup pour coup. Mais pas dans le bon sens du terme. Entre l’AC Milan et Tottenham, on a vu des gestes déplorables.

Et tiens, un petit coup d’coude dans la face!

Viens-là, que j’te tire le maillot!

Attends que j’arrive dans la surface de réparation pour que je te montre la simulation du siècle…

J’en passe et des meilleures. Les scènes ne vont pas nous pousser à nous extasier. Heureusement, il existe un OVNI dans ce monde-là: le FC Barcelone. L’affiche que les Catalans disputeront ce mercredi soir contre Arsenal promet monts et merveilles. Comme à chaque fois en C1. D’où une question: est-ce que, transposés dans le monde friqué de l’Uefa, qui plus est dans les derniers tournants de cette Ligue des champions qui aborde sa dernière ligne droite, les hommes de Guardiola vont devoir aussi jouer tels des footeux vicieux? Ce n’est évidemment pas à souhaiter, mais on le craint…